1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. L'Éducation nationale commence sa réflexion sur la réforme du baccalauréat
1 min de lecture

L'Éducation nationale commence sa réflexion sur la réforme du baccalauréat

Une mission a été mise en place pour mener à bien cette réflexion. Elle rendra son rapport en janvier 2018.

Des lycéens passent le baccalauréat (illustration).
Des lycéens passent le baccalauréat (illustration).
L'Éducation nationale commence sa réflexion sur la réforme du baccalauréat
01:33
Marie Guerrier & La rédaction numérique de RTL

Choisir toutes ses épreuves au bac, pour un examen réduit à quatre épreuves. Les pistes sont multiples. L'Éducation nationale entame sa réflexion sur la réforme du baccalauréat. La réflexion est lancée avec la mise en place d'une mission qui rendra son rapport dans deux mois, en janvier 2018. Emmanuel Macron avait fait des promesses pendant la campagne présidentielle. Le Président a dit qu'il voulait simplifier le bac, avec quatre matières à l'examen final, et les autres qui seraient validées en contrôle continu. Reste désormais à déterminer quelles seront les matières concernées.

Le chef de l'État a également parlé d'un lycée plus "modulaire", sans apporter davantage de précisions sur la signification du terme. Les lycéens pourront-ils choisir leurs matières principales, avec des horaires de cours variables ? Les filières actuelles seront-elles modifiées ? changeront-elles d'intitulé ? Les choix se feront-ils dès la classe de seconde et va-t-il y avoir un changement au cœur des programmes ? Beaucoup de questions restent pour l'heure sans réponse.

Préparer les bacheliers aux études supérieures

Pierre Mathiot, ancien directeur de Sciences-Po Lille, est chargé par le gouvernement de faire des propositions. Pour le responsable, il faut aussi se poser la question de la date des épreuves du bac si l'on veut que les notes soient prises en compte dans la nouvelle plateforme d'orientation qui remplacera Admission post-bac (APB).

Alors que sa mission commence tout juste, Pierre Mathiot va auditionner toutes les parties prenantes : les syndicats de l'enseignement, les représentants des parents d'élèves, des lycéens et des étudiants. Certains sont favorables à un bac à la carte mais d'autres s'opposent au contrôle continu. Pierre Mathiot fixe des objectifs. Il veut que le bac, une fois réformé, soit un réel reflet des aptitudes des lycéens, et que les bacheliers soient armés pour suivre ensuite des études supérieures.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/