2 min de lecture Guerre

L'armée française a tiré plus de 1.600 bombes et missiles contre Daesh

Douze avions de chasse français opèrent notamment depuis la Jordanie et les Émirats arabes unis.

Un Rafale de l'armée française, le 17 novembre 2015
Un Rafale de l'armée française, le 17 novembre 2015 Crédit : KARIM SAHIB / AFP
Ambre Deharo
Ambre Deharo
et AFP

1.600 bombes et missiles. C'est ce que l'armée de l'air française a tiré contre le groupe État islamique en Irak et en Syrie, et ce depuis septembre 2014. L'annonce a été faite par le chef d'état-major de l'armée de l'air lors d'une audition datant du 12 octobre devant la commission Défense de l'Assemblée nationale. Audition dont le compte-rendu a été publié le 31 octobre. "Il s'agit là d'un rythme et d'une intensité de frappes inédits", a ainsi déclaré le général André Lanata. 

Quelque 12 avions de chasse français opèrent depuis la Jordanie et les Émirats arabes unis dans le cadre de la coalition internationale contre Daesh dirigée par les États-Unis. Au total, les frappes opérées représentent environ 5 % des frappes de la dite coalition. Le général Lanata a par ailleurs précisé que "plus de 1.000 munition ont été délivrées" à la seule base de Jordanie, plus proche de terrain des frappes. 

Des stocks en baisse, conséquence inévitable

Ce nombre important de frappes n'est pas sans conséquences sur les stocks d'armes de la France. Afin de compenser la forte consommation de munitions, l'armée de l'Air a puisé dès 2015 dans les stocks des pays alliés tels le Canada, a indiqué le général Jean Rondel, sous-chef des activités de l'état-major de l'armée de l'air, lors d'une audition au Sénat le 12 octobre. "Puis nous avons effectué des achats à l'étranger, aux États-Unis, puisque nous n'avons plus de capacités de production en France". Ces achats visaient à relever "un niveau de stocks qui nous paraissait trop bas".

Le porte-avions Charles de Gaulle également mobilisé

Détaillant les missions menées par l'armée française, le général Lanata a précisé que ces deux dernières années, les avions de chasse avaient concentré leurs efforts dans la lutte contre l'État islamique en Irak, notamment au nord du pays et dans la région de Mossoul où ils ont porté 80 % de leur effort. La France a également engagé à trois reprises son porte-avions Charles de Gaulle. Ce dernier permet de tripler la capacité des frappes contre Daesh grâce à ses 24 chasseurs embarqués. De leur côté, les Rafales, qui ont remplacé les Mirage 2000 stationnés jusqu'à l'été 2016 en Jordanie, ont une plus grande puissance de feu en raison d'une capacité d'emport supérieur. Dotés de deux réacteurs, ils permettent également de réduire le risque de crash en zone hostile en cas d'avarie. "Ils apportent un gage de sérénité aux équipages qui survolent des heures durant les zones contrôlées par Daesh", a indiqué le général Lanata.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Guerre Armée Daesh
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants