2 min de lecture Terrorisme

"Djihad", la pièce de théâtre sur la radicalisation, arrive à Trappes

REPLAY - Ce spectacle tragi-comique, écrit par un auteur belge originaire de Schaarbeek-Molenbeek, remporte un succès phénoménal. Il débarque en France.

Rémi Sulmont RTL vous en parle déjà Rémi Sulmont
>
"Jihad", la pièce de théâtre sur la radicalisation, arrive à Trappes Crédit Image : SIPA / Frédéric Sierakowski | Crédit Média : Rémi Sulmont | Durée : | Date : La page de l'émission
Rémi Sulmont
Rémi Sulmont et Loïc Farge

C'était il y a une éternité. Avant Charlie Hebdo. Avant le 13 novembre. Avant les attentats de Bruxelles. Ismaël Saidi, 39 ans, belge, fils d'immigré marocain, venait d'écrire sa pièce DjihadUne création théâtrale déconcertante qui a d'abord fait peur, à cause du titre. Le métro de Bruxelles a même refusé les affiches du spectacle. Mais Ismaël Saidi a réussi à programmer cinq représentations. Il s'attendait à une vingtaine de spectateurs par soir. Des dizaines sont venus. Depuis sa création en décembre 2014, Djihad fait salle comble partout où elle programmée. La pièce a même été officiellement reconnue "d'utilité publique" par l'État belge qui a subventionné des dates.

Ismaël Saidi tient les comptes : 47.320 spectateurs ont vu sa pièce en Belgique. À Trappes, vendredi (15 avril) après-midi, ça sera la 135ème représentation. La première en France depuis les attentats du 13 novembre.

Casser les tabous et provoquer le débat

Djihad est une comédie qui tourne au tragique. La pièce raconte l'histoire de trois "bras cassés". Ben, Reda et Ismaël sont des apprentis terroristes qu'on a franchement du mal à prendre au sérieux. Au début, trois jeunes de Molenbeek qui partent en Syrie. On rit de l’imbécillité sans fond de ces pieds nickelés jihadistes, radicalisés mais qui n'ont jamais lu le Coran. On rit, et personne n'en sort indemne. Les musulmans compris accusés d'intolérance envers les non-musulmans.

"Je sais de quoi je parle", dit l'auteur, musulman pratiquant, qui a grandi à Skarbeek à côté de Molenbeek et qui, adolescent, a eu des propositions pour l'Afghanistan. Ismaël Saidi dénonce l'antisémitisme. Les trois personnages de la pièce en ont été pétris depuis l'enfance. Il brocarde les politiques, ceux qui ont joué la carte du communautarisme pour des raisons électoralistes. Ça finit tragiquement : un des trois jihadistes rentre en Belgique avec une grenade.

À lire aussi
La salle de concert du Bataclan avait été touchée lors des attentats de Paris, le 13 novembre 2015. terrorisme
Attentats du 13 novembre : les juges ont mis un terme aux investigations

Le but revendiqué du spectacle est de casser les tabous et de provoquer le débat. L'objectif c'est de faire rire et de faire réfléchir tout le monde. Mais la pièce d'abord destinée aux plus jeunes. À Trappes, une commune qui a vu partir plusieurs dizaines de jeunes en Syrie, le spectacle sera donné devant 700 lycéens qui seront ensuite invités à débattre.

Force libératrice de l'humour

Car la pièce "d'utilité publique" est toujours suivi d'un débat. Le débat au lycée. C'est là qu'on peut agir, avant la radicalisation, insiste Ismaël Saidi. "Elle m'a permis à moi, simple petit auteur, de voir que la radicalisation finalement, ça peut se détruire, ça peut disparaître quand on s’attelle à recréer un tissu social très tôt dans les école avec des jeunes", explique-t-il. "Ce que je dis est peut-être choquant, mais il y a des générations comme la mienne qui sont foutues, on ne pourra peut-être pas faire grand chose", poursuit celui qui veut "injecter de l'espoir".

L'auteur de la pièce Djihad ne croit pas peut être pas aux efforts de dé-radicalisation, mais il croit au théâtre et à la force libératrice de l'humour. On le répète depuis Charlie Hebdo mais c'est important, dit-il, "d'apporter la preuve qu'on peut réellement rire de tout". En Belgique et à Trappes, puis dans toute la France.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Jihad Attentats
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants