1 min de lecture Santé

"Je n'avais pas envie de mourir homme", raconte Béatrice Denaes, transgenre

INVITÉE RTL - Béatrice Denaes, qui est née dans un corps d'homme, raconte son parcours pour devenir une femme dans le livre "Ce Corps n’était pas le mien".

Thomas Sotto L'Entretien du Jour Thomas Sotto iTunes RSS
>
"Je n'avais pas envie de mourir homme", raconte Beatrice Denaes, transgenre Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
RTL Soir On Refait le monde - Sotto
Thomas Sotto édité par Maeliss Innocenti

Béatrice Denaes, née Bruno, a caché toute sa vie qu'elle se sentait fille puis femme. À ses proches, ses amis, même ses collègues de travail - elle a été journaliste à Radio France - elle n'en a jamais parlé. C'est à 50 ans, en se sentant "plus proche de la fin que du début", qu'elle a décidé de révéler qui elle était vraiment : une femme transgenre.

"Je n'avais pas envie de mourir garçon, de mourir homme. Je me suis dit : 'Il faut que j'avance.' Je ne pouvais plus continuer comme ça", a-t-elle déclaré sur RTL.

C'est alors, après s'être renseignée sur la transidentité, sur la dysphorie de genre, que Béatrice Denaes a enfin pris la décision d'en parler à sa famille, et notamment à sa femme. La première réaction de cette dernière a été de dire "tu m'as trahie" et "tu m'as menti". "Pour moi, ce n'était pas vraiment un mensonge. C'était un secret que je n'arrivais pas à sortir de moi", a expliqué Béatrice Denaes, auteure du livre Ce corps n'était pas le mien aux éditions First.

Aujourd'hui, Béatrice Denaes est toujours mariée avec Christine, ses enfants - une fille et un garçon - l'ont beaucoup soutenue dans son combat et dans sa transition. Elle a même le bonheur d'avoir deux petits-enfants.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Transgenre Transsexualité
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants