2 min de lecture Société

Jacqueline Sauvage maintenue en détention : "Un signal catastrophique", selon la députée Valérie Boyer

RÉACTIONS - À l'annonce du maintien en détention de Jacqueline Sauvage, les réactions se sont très rapidement multipliées.

RTL Midi -  Christelle Rebière RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Jacqueline Sauvage maintenue en détention : "Un signal catastrophique", selon la députée Valérie Boyer Crédit Média : Cindy Hubert | Durée : | Date : La page de l'émission
Cindy Hubert et Clarisse Martin

Jacqueline Sauvage restera en détention. La décision du Tribunal d'application des peines de Melun est tombée, ce vendredi 12 août au matin. La décision a quasiment instantanément suscité des réactions, pour l'heure unanimes, qui la réprouvent ou se disent déçus.

Les avocates de la femme de 68 ans, qui a tué son mari de trois coups de fusil après 47 ans de violences conjugales, se sont déclarées "sous le choc." Maître Nathalie Tomasini et Janine Bonaggiunta ont dénoncé un "véritable acharnement judiciaire" et parlent d'un règlement de comptes à cause de la grâce présidentielle, "extrêmement mal perçue par l'ensemble de la profession." Le ministère public a d'ores et déjà annoncé faire appel de la décision. 

Pour les magistrats, cette décision tient essentiellement à deux raisons. Ils reprochent à Jacqueline Sauvage notamment de ne "pas assez s'interroger sur son acte", et ne souhaitent pas qu'elles vive "à proximité des lieux des faits, dans un environnement qui, compte-tenu des soutiens dont elle bénéficie, et de la médiatisation des faits, risquerait de la maintenir dans une position victimaire."

"Une décision incompréhensible", pour François Bayrou

La classe politique s'émeut de cette décision. Pour François Bayrou, c'est "une décision incompréhensible", qui en appelle à François Hollande, "qui a le droit de grâce", et qui doit prendre "jusqu'au bout ses responsabilités", pour le maire de Pau. Le patron de l'UDI Jean-Christophe Lagarde, s'est fendu d'un tweet dans lequel il prend position sur la personnalité de la femme de 68 ans. "Elle ne représente aucun danger pour la société. Libérez-là !", écrit-il sur le réseau social.

À lire aussi
Le village de Beaumont-en-Auge, en Normandie (Illustration) immobilier
Déconfinement : la Normandie en plein boom immobilier

Du côté du Parti communiste, même son de cloche. Pierre Laurent se dit "triste et en colère après le rejet de la libération conditionnelle de Jacqueline Sauvage", et évoque même "un permis de frapper pour tous les hommes violents." Anne Hidalgo elle, dénonce une "troisième peine" incompréhensible.

Le Parti socialiste (PS) a déclaré dans un communiqué souhaiter que la "libération conditionnelle [de Jacqueline Sauvage] puisse intervenir le plus rapidement possible" et suivre "avec attention la demande d'appel déposée par le parquet pour sa remise en liberté."

De l'autre côté de l'échiquier politique, chez Les Républicains, deux femmes ont pris parti pour Jacqueline Sauvage. Nathalie Kosciusko-Morizet appelle à rester mobilisé, et conserve un espoir "pour la procédure en appel." Valérie Boyer, députée Les Républicains parle elle d'un "signal catastrophique envoyé aux femmes battues", qui lui est "insupportable."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Politique Jacqueline Sauvage
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants