1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. "J’ai descendu dans mon jardin…" - Mais pourquoi "j’ai" ?
2 min de lecture

"J’ai descendu dans mon jardin…" - Mais pourquoi "j’ai" ?

Dans les chansons et dans les textes anciens, on trouve parfois le verbe avoir là où l'on attendrait le verbe être. Muriel Gilbert explique cette curiosité.

Le Bescherelle, grand classique de la révision de la conjugaison (photo d'illustration)
Le Bescherelle, grand classique de la révision de la conjugaison (photo d'illustration)
Crédit : MYCHELE DANIAU / AFP
"J'ai descendu dans mon jardin..." - Mais pourquoi "j'ai" ?
03:05
Muriel Gilbert
Muriel Gilbert
Animateur

Aujourd’hui, amis des mots, nous revenons sur une particularité des verbes être et avoir : on n’a jamais fait le tour des curiosités de ces deux auxiliaires qu’on utilise à tout bout de phrase. Ce matin, je vais répondre à la question de Yannick, qui m’écrit : "Il y a quelques mois, je n’étais pas auditeur de RTL et je ne connaissais pas votre excellente émission ; depuis, je me suis soigné !"

Yannick a remarqué, dans ses lectures, une utilisation du verbe avoir qui le surprend, dont il donne quelques exemples : "Il a monté en grade", "Si je n’avais pas approfondi, j’aurais passé à coté de certains aspects...". "Ce 'j’aurais passé', m’était resté en travers de la gorge, me dit-il. Mais, depuis, je me suis rendu compte que cette utilisation de l’auxiliaire avoir était fréquente chez Balzac, notamment. Auriez-vous l’amabilité de l’expliquer ?"

C’est vrai qu’on attendrait le verbe être dans un cas comme ça : "Je serais passé à côté". Mais tenez, je vais aussi en profiter pour répondre à Bénédicte, qui me demande, elle, pourquoi, dans la chanson Gentil coquelicot, on dit : "J’ai descendu dans mon jardin" et non "Je suis descendu dans mon jardin". "Vous avez proposé récemment une chronique sur les auxiliaires être et avoir, m’écrit-elle, et vous n’avez pas parlé de ce cas qui m’a toujours étonnée..."

Je ne vais pas laisser Bénédicte sur sa faim. D’autant que, moi aussi, ça m’étonnait beaucoup, ce "j'ai descendu", quand j’étais petite. J’explique (accrochez-vous un petit peu parce que je vais prononcer des gros mots) : les verbes, en particulier les verbes de mouvement que nous venons d’évoquer dans ces exemples, comme passer, monter, descendre, peuvent être ou non construits avec un complément d’objet (ce complément qui répond à la question "quoi ?", "qui ?", ou "à quoi ?" "à qui ?"). 

À lire aussi

Quand ces verbes de mouvement sont accompagnés d’un complément d’objet (comme dans "j’ai monté l’escalier" ; j’ai monté quoi ? l’escalier, COD), on emploie l’auxiliaire avoir, obligatoirement : idem pour "j'ai descendu l’escalier", ou même "le mafioso a descendu (qui ?) le parrain", ou encore "papa a descendu (quoi ?) la bouteille de whisky". Tout ça, ce sont des compléments d’objet, donc auxiliaire avoir obligatoire. Personne ne dirait : "Je suis monté l’escalier", "je suis descendu l’escalier", "Papa est descendu la bouteille".

Alors, quand est-ce qu’on utilise être ?

Quand le verbe n’a pas de complément d’objet (on dit aussi qu’il est "intransitif", alors que quand il en a un, on dit qu’il est "transitif"). Dans les textes anciens, explique Larousse.fr, "la conjugaison avec avoir exprimait l’action ou le fait accompli", celle avec "être exprimant le résultat de l’action", mais cette nuance est "de moins en moins sentie dans la langue contemporaine". 

Bref, quand le verbe n’a pas de complément d’objet, la conjugaison avec l’auxiliaire avoir (il a passé par ici, j’ai descendu dans mon jardin), sans être incorrecte, relève d’un parler un peu suranné – voilà pourquoi Yannick le trouve dans Balzac ! – mais ce n’est pas du tout interdit ! On peut imaginer quand même que, étant en voie de disparition, ces formes soient un jour prochain considérées comme incorrectes...

La rédaction vous recommande
Sur les thématiques :

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/