1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Le gouvernement annonce de nouvelles mesures pour faciliter l'accès à l'IVG
1 min de lecture

Le gouvernement annonce de nouvelles mesures pour faciliter l'accès à l'IVG

ÉCLAIRAGE - La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a dévoilé un plan d'action qui prévoit notamment le remboursement à 100% d'un avortement.

Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, le 21 octobre 2014 à l'Assemblée nationale (archives)
Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, le 21 octobre 2014 à l'Assemblée nationale (archives)
Crédit : AFP / ERIC FEFERBERG
De nouvelles mesures pour faciliter l'accès à l'avortement
01:04
Odile Pouget & Raphaël Bosse-Platière

À la veille du 40e anniversaire de la promulgation de la loi Veil sur le droit à l'avortement, Marisol Touraine a annoncé de nouvelles mesures pour faciliter l'accès à l'interruption volontaire de grossesse (IVG).

La mise en place d'un numéro d'appel unique

Le site IVG.gouv.fr a été lancé il y a quelques mois. Mais l'accès à l'information sur l'avortement reste difficile. "Les femmes vivant dans les zones rurales, par exemple, ont des difficultés à joindre un interlocuteur pouvant les conseiller, explique explique à RTL la présidente du planning familial Françoise Laurant. C'est pour cela que nous demandons l'ouverture d'un numéro national pour répondre à la demande d'avortement des femmes."

Demande exaucée par la ministre de la Santé, dont la première mesure est la mise en place d'un numéro d'appel unique, "sexualité, contraception, IVG". À l'écoute, des conseillers chargés d'informer les femmes sur leurs droits, les délais à respecter ou les établissements susceptibles de les prendre en charge. 

L'IVG remboursé à 100%

Autre avancée pour les femmes, financière celle-là : l'IVG remboursé vraiment à 100%. Car jusqu'à présent, ce n'était pas le cas pour la première consultation et l'échographie, qui permettent de dater le début de la grossesse. 

À lire aussi

En revanche, Marisol Touraine ne s'est pas prononcée sur le fameux délai de réflexion de sept jours, imposé aux femmes entre les deux consultations obligatoires. Pour beaucoup d'associations militantes, c'est une perte de temps.

Faciliter l'accès à l'IVG par médicament

Supprimer ce délai permettrait aux patientes de choisir leur mode d'Interruption volontaire de grossesse et d'avoir plus facilement accès à l'IVG par prise de médicament. Un procédé moins lourd mais autorisé seulement jusqu'à cinq semaine de grossesse, contre douze pour l'intervention chirurgicale. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/