1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. INVITÉ RTL - Moins 40% d'oiseaux au printemps, le constat alarmant d'Allain Bougrain-Dubourg
2 min de lecture

INVITÉ RTL - Moins 40% d'oiseaux au printemps, le constat alarmant d'Allain Bougrain-Dubourg

Les hirondelles ne font plus le printemps. Allain Bougrain-Dubourg, président de la LPO et défenseur emblématique des oiseaux, réagit à l'effondrement du nombre d'oiseaux observés dans nos jardins après l'hiver.

Une hirondelle (illustration)
Une hirondelle (illustration)
Crédit : SIPA
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani

À écouter

Moins d'oiseaux : Allain Bourgrain-Dubourg Président de la Ligue Protection des oiseaux est l'invité de RTL Midi
00:06:03

Vous ne voyez plus de mésanges, ni de martinets noir au printemps ? Vous n'êtes pas les seuls. Depuis 10 ans, la Ligue de protection des oiseaux (LPO) et ses milliers de contributeurs, au nombre 28.000 désormais, ont effectué un comptage des oiseaux dans les jardins des Français. Ces observations révèlent des chiffres significatifs ce mardi 24 janvier. Le bilan montre un effondrement du nombre d’oiseaux observés au printemps, particulièrement parmi les hirondelles, les mésanges et les martinets noir, par exemple. Invité de RTL, Allain Bougrain-Dubourg, président de la LPO et défenseur emblématique des oiseaux, réagit au constat alarmant de ces observations citoyennes.  

Le militant associatif explique qu'"en hiver, on a une augmentation spectaculaire d'oiseaux, 50% environ, alors qu'au printemps, c'est l'effondrement, 40% d'oiseaux en déclin". "Les oiseaux nous arriment des pays froids, du grand nord et des pays de l'Est, et viennent se réfugier chez nous. Il y a par exemple un oiseau présent un peu partout, la perruche à collier, on en compte 30.000 aujourd'hui aussi bien à Paris qu'à Marseille, le pigeon bizet ou le pigeon ramier et quelques autres qui sont assez présents en augmentation en hiver. En revanche, au printemps, quand on compte les oiseaux bien de chez nous, il y a un déclin terrible qu'on explique notamment par une agriculture intensive, avec le cortège chimique, par l'artificialisation de plusieurs dizaines de milliers d'hectares d'asphalte et de béton qui rongent, et verticalement les façades, et horizontalement qui va gagner sur les terres naturelles et agricoles", souligne le spécialiste.

Allain Bougrain-Dubourg évoque le cas de La Pie-grièche à poitrine rose, "que l'on trouvait dans l'Hérault et qui aujourd'hui ne nidifie plus depuis deux ans". "Vous avez des espèces extrêmement fragiles, comme les Aigles de Bonelli, avec seulement une trentaine de couples en France qui survivent. Les conséquences ? Je crois qu'on est dominant sur cette planète, on a un devoir de solidarité à l'égard des plus faibles. En plus, il y a un certain intérêt. Une enquête anglaise montre que plus il y a de populations d'oiseaux, plus ceux qui les observent sont heureux dans la vie", explique-t-il. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire