1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. INFO RTL - Vers la fin des colliers anti-aboiement
1 min de lecture

INFO RTL - Vers la fin des colliers anti-aboiement

Info RTL L'entreprise Agrobiothers, leader sur le marché, a concédé que ces colliers posaient un problème et étaient interdits dans la plupart des pays européens.

Un chien (illustration)
Un chien (illustration)
Crédit : MICHAEL M. SANTIAGO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP
INFO RTL - Vers la fin des colliers anti-aboiements ?
00:00:39
Fin des colliers anti-aboiement : la Fondation Brigitte Bardot veut inscrire l'interdiction dans la loi
00:01:09
Pierre Herbulot - édité par Alexandre Bozio

C’est un soulagement pour les défenseurs de la cause du bien-être animal. L'entreprise Agrobiothers, leader du marché des équipements et produits d'hygiène pour chien, a décidé de prendre les devants et d’arrêter la production des colliers anti-aboiement. Ces outils, créés pour envoyer à l’animal des décharges électriques ou des mauvaises odeurs en cas d’aboiement trop bruyant, faisaient polémique en raison du désagrément qu’ils causaient à l’animal. 

"Notre mission, c’est que 100% de nos produits garantissent l’absence de maltraitance animale. Dans ce cadre, nous avons décidé d’arrêter ces colliers qui sont interdits dans la plupart des pays européens", a expliqué Matthieux Lambaux, le président de l’entreprise française à RTL. "On va désormais vers des méthodes plus douces et qui sont plus proches de l’éducation positive". À noter que ce marché représentait près de 600.000 euros de chiffre d'affaires pour Agrobiothers.

Cette annonce a grandement satisfait Lorène Jacquet, responsable campagnes et plaidoyer au sein de la Fondation Brigitte Bardot : "Il est évident que c'est une décision que la fondation salue et félicite, puisqu'elle va dans le sens de l'évolution sociétale qui concerne la façon dont on regarde et traite l'animal". 

Pour elle, ces outils "créent de la souffrance animale et potentiellement de la dangerosité", car les animaux concernés "vont être plus anxieux, plus stressés et vont potentiellement plus mordre". Elle a aussi assuré à RTL que la Fondation allait dès à présent "réitérer ses demandes auprès du gouvernement, afin de demander l'interdiction de la commercialisation et de l'utilisation de ces outils". Une pétition a même déjà été lancée pour que cette interdiction soit inscrite dans la loi.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire