1 min de lecture Immigration

Immigration : des migrants délogés à cause d'une épidémie de gale, à Paris

REPLAY / REPORTAGE - Un "risque d'épidémie" va entraîner une évacuation rapide d'un campement de migrants, situé boulevard de La Chapelle, à Paris.

Yves Calvi_ RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Immigration : des migrants délogés à cause d'une épidémie de gale Crédit Image : ERIC FEFERBERG / AFP | Crédit Média : Arnaud Tousch | Durée : | Date : La page de l'émission
Arnaud Tousch
Arnaud Tousch
et La rédaction numérique de RTL

La France s'est vue fixée par Bruxelles, un quota de migrants à accueillir, 9.000 personnes dans les deux ans. La situation est en train de dégénérer à Paris, dans ce campement de fortune, installé depuis plusieurs mois, porte de la Chapelle. Une centaine de tentes vertes et bleues alignées sous le métro aérien. Les exilés qui vivent là, ont presque tous le même parcours et viennent de Libye, Italie ou de France. Les conditions d'hygiène sont devenues déplorables. La Préfecture de Paris parle désormais de risques d'épidémie et a décidé d'évacuer les lieux.

À moins de 50 mètres du camp, l'odeur d'urine est déjà très forte. Les conditions de vie sont exécrables dans ce camp coincé entre deux rues passantes et en dessous du métro. Tarik, migrant algérien vit dans l'angoisse. "Il y a des gens malades. C'est dur", confie-t-il.

Mon rêve, c'est juste d'avoir des papiers, un lit et de manger comme tout le monde

Lomé, migrant soudanais
Partager la citation

Une épidémie de gale fait désormais partie du quotidien de ces migrants qui sont à bout, comme Lomé un jeune soudanais. Il est arrivé en bateau clandestin en Europe avant de rejoindre Paris. "On mange parfois de la nourriture trouvée dans les poubelles. On n'a pas d'eau. J'ai faim, ça fait deux jours que mon ami n'a pas mangé. Mon rêve, c'est juste d'avoir des papiers, un lit et de manger comme tout le monde. Pourquoi les Français ne nous aiment pas ? Pourquoi vit-on comme des animaux ?", s'interroge-t-il.

Rebecca voit les migrants depuis ces fenêtres. Elle a créé un collectif pour les aider, mais la situation est de plus en plus difficile : "Il y a trop de personnes et trop de tentes. Forcément, les normes sanitaires se sont aggravées. On est dans une situation qui n'a pas de nom". Les autorités ne souhaitent plus attendre et veulent les déloger dès la semaine prochaine pour des raisons sanitaires.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Immigration Société Paris
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants