1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Guyane : "Bernard Cazeneuve n’a entaché en aucune manière notre détermination"
1 min de lecture

Guyane : "Bernard Cazeneuve n’a entaché en aucune manière notre détermination"

INVITÉ RTL - Davy Rimane, porte-parole du collectif "Pou La Gwiyann dékolé", annonce une réunion des membres du collectif, toujours déterminé à obtenir plus que le milliard d'aide promis par le gouvernement.

Un barrage routier bloque la circulation des véhicules à Kourou, en Guyane, samedi 25 mars
Un barrage routier bloque la circulation des véhicules à Kourou, en Guyane, samedi 25 mars
Crédit : JODY AMIET / AFP
Guyane : "Bernard Cazeneuve n'a entaché en aucune manière notre détermination"
05:15
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin

Bernard Cazeneuve juge la demande "irréaliste". Tandis que la Guyane est en grève générale depuis une semaine et peine à s'accorder avec le gouvernement, le Premier ministre a refusé ce lundi 3 avril la requête du collectif guyanais qui demandait 2,5 milliards d'aide d'urgence. "Je dirais au Premier ministre qu'avoir un territoire français dans une telle situation, ça devrait être irréaliste et pourtant c'est bien réel, répond Davy Rimane, l'un des leaders du collectif "Pou La Gwiyann dékolé" - "Pour que la Guyane décolle". Ça fait des décennies, malgré les alertes, les retours faits par les différentes personnalités politiques, que l'on est dans cette situation-là", poursuit-il. 

Tandis que Bernard Cazeneuve propose de revenir à la table des négociations, Davy Rimane annonce que son collectif va d'abord se réunir en interne, ce 3 avril, afin de "prendre une décision collégiale". "La déclaration du Premier ministre n’a entaché en aucune manière notre détermination, notre volonté, à ce que la Guyane sorte de ce marasme", déclare le porte-parole.

"Quoi qu'il en soit, on n'a jamais rompu le dialogue avec le gouvernement", insiste Davy Rimane, qui se dit "serein" quant à l'issue du conflit social qui oppose le territoire d'outre-mer au gouvernement. "Les 2,5 milliards que nous demandons, par rapport aux éléments que nous a fournis le gouvernement, par rapport à la réalité guyanaise, c'est, je pense, un juste milieu, une justice par rapport à ce qu'il y a à débloquer maintenant pour que la Guyane sorte de cette crise majeure", estime-t-il, faisant peu de cas de la fin de non-recevoir qu'a prononcée aujourd'hui le Premier ministre.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/