2 min de lecture Alimentation

Grippe aviaire : y aura-t-il du foie gras pour les fêtes de fin d'année ?

Les éleveurs ont pris de nouvelles précautions pour éviter la propagation du virus de la grippe aviaire et limiter leurs pertes.

Un élevage de canards à Bourriot-Bergonce, en France (illustration).
Un élevage de canards à Bourriot-Bergonce, en France (illustration). Crédit : GEORGES GOBET / AFP
Virgine Garin
Virginie Garin et Camille Kaelblen

Va-t-on enfin pouvoir manger du foie gras tranquillement à Noël ? Ce lundi 5 novembre, une éleveuse de canards est jugée pour avoir refusé d'abattre ses animaux pendant la grippe aviaire au printemps 2017, comme le lui demandaient les services de l'État. Cette année-là, près de 4 millions de palmipèdes ont été abattus pour enrayer le virus H5N8.

Depuis, des leçons ont été tirées en France. À l'heure actuelle, le virus nous tourne autour. La grippe est en Italie, dans le nord de l'Europe... et on ne peut pas empêcher les canards sauvages infectés de franchir nos frontières.

Cela dit, beaucoup de choses ont changé dans les fermes. Les millions de canards et oies abattus ont traumatisé la filière et les nouvelles mesures de sécurité devraient permettre de limiter les dégâts si le virus revenait en France.

À lire aussi
Une personne obèse (illustration) Alimentation
Lutte contre l'obésité : 3 conseils pour éviter de grignoter

Des mesures de confinement pour limiter les pertes

Parmi les mesures mises en place, un dispositif simple mais efficace : plus personne n'entre en voiture ou en camion dans un élevage. Il faut désormais se garer à l'extérieur et se changer avant d'entrer, de revêtir une charlotte sur la tête et désinfecter ses chaussures.

Ensuite, au moindre cas suspect, l'élevage est bloqué, isolé du monde, ce qui permet de contenir la crise. Avant, la confirmation du cas par analyse prenait plusieurs jours. Entre temps, des milliers de canards malades avaient eu le temps d'être transportés dans le département.

Retour à la normale pour la production

Pour mettre en place ces nouvelles mesures, les éleveurs ont aussi dû investir dans des bâtiments pour pouvoir enfermer leurs volailles. Si toutes ces précautions avaient existé il y a 2 ans, il n'aurait sans doute pas été utile d'abattre par précaution les 2,3 millions de palmipèdes parfaitement sains qui étaient à côté des animaux malades. Une crise qui a tout de même coûté 250 millions d'euros à l'État pour indemniser les éleveurs.


Après 3 ans difficiles pour la filière, la production est revenue à la normale. Il y aura suffisamment de foie gras, de cuisses et de magrets pour les fêtes de fin d'année. Ces produits seront cependant sans doute un peu plus cher qu'avant la crise en 2015, car les éleveurs et les transformateurs ont dû investir pour se protéger.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Alimentation Agriculture Foie gras
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795443975
Grippe aviaire : y aura-t-il du foie gras pour les fêtes de fin d'année ?
Grippe aviaire : y aura-t-il du foie gras pour les fêtes de fin d'année ?
Les éleveurs ont pris de nouvelles précautions pour éviter la propagation du virus de la grippe aviaire et limiter leurs pertes.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/grippe-aviaire-y-aura-t-il-du-foie-gras-pour-les-fetes-de-fin-d-annee-7795443975
2018-11-05 13:25:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/osgUcc7wJssdwJXceU__Aw/330v220-2/online/image/2018/1105/7795444502_un-elevage-de-canards-a-bourriot-bergonce-en-france-illustration.jpg