1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Grippe aviaire : comment protéger la filière foie gras ?
1 min de lecture

Grippe aviaire : comment protéger la filière foie gras ?

Les éleveurs du Sud-Ouest ont le moral au plus bas face à l'épidémie de grippe aviaire qui gagne du terrain. La filière foie gras s'inquiète.

Un canard reçoit une vaccination contre la grippe aviaire à Clamart, le 26 février 2006
Un canard reçoit une vaccination contre la grippe aviaire à Clamart, le 26 février 2006
Crédit : SIPA
Grippe aviaire : comment protéger la filière foie gras ?
06:48
Christophe Barrailh, président du Comité interprofessionnel du foie gras : "Il faut d'abord sécuriser le transport des animaux"
06:58
Reportage avec un éleveur landais de canards qui a tout perdu à cause de la grippe aviaire
01:01
Maryline Beyris, maire de Doazit (Landes) et éleveuse de canards : "Il faut transformer la filière"
00:50
Yves Calvi & Loïc Farge

La filière canards et oies est en crise. Les éleveurs n'en peuvent plus. En cause : la grippe aviaire difficile à contrôler. La zone d'abattage préventif des palmipèdes, destinée à endiguer l'épizootie dans le Sud-Ouest, a été étendue à 48 communes supplémentaires mercredi 15 février. La maladie a été amenée au départ par les oiseaux migrateurs et souvent transmise par les déplacements d'animaux d'un élevage à l'autre.

Les professionnels du foie gras devaient se réunir à Bordeaux ce jeudi 16 février pour décider de mesures urgentes pour éviter une nouvelle année noire pour éleveurs et gaveurs. Le Comité interprofessionnel du foie gras (Cifog) souhaite mettre en place de nouvelles règles pour se prémunir des épizooties qui respectent "tous les modes de production", prenant le contre-pied du ministre de l'Agriculture.

"Nous sommes impatient de voir cette épizootie se stabiliser", lance le président du Cifog, Christophe Barrailh. "Le fait qu'il n'y ait plus de nouveaux foyer sera la première étape qui nous permettra d'enclencher le processus de nettoyages des infections déjà engagé pour les exploitations touchées, mais de manière plus poussée, et pour pouvoir reprendre notre activité", assure-t-il.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/