1 min de lecture Code du travail

Grève des routiers : quelles actions au deuxième jour de mobilisation ?

Opposés à la réforme du code du travail, les chauffeurs routiers ont entamé leur deuxième jour de grève, lancée lundi à l'initiative de la CGT et FO.

Un routier gréviste lors d'une manifestation près de la raffinerie de Donges, le 25 septembre 2017
Un routier gréviste lors d'une manifestation près de la raffinerie de Donges, le 25 septembre 2017 Crédit : AFP / LOIC VENANCE
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
et AFP

Ratifiées par Emmanuel Macron vendredi 22 septembre, les ordonnances réformant le marché du travail continuent à susciter la contestation dans le pays. Les chauffeurs routiers ont ainsi débuté la deuxième journée de mobilisation d'un mouvement reconductible porté par les syndicats CGT et Force ouvrière.

Des actions "se mettent en place dans le Nord, à Rouen, Caen, Nantes, Rennes et Marseille", a indiqué à l'AFP Jérôme Vérité, numéro un de la CGT-Transports. Quelques blocages sporadiques ont été constatés, notamment au dépôt pétrolier de La Mède, dans les Bouches-du-Rhône. Une zone logistique à Vitrolles a également été ciblée.

De con côté, Bruno Lefebvre de FO a relevé des points de mobilisation dans "un dépôt de bus à Rennes", sur un rond-point fréquenté du sud de Rouen, à Carquefou près de Nantes, sur une voie d'accès à Marseille ou encore dans la zone industrielle nord de Lens.

Des blocages déjà levés

À Caen, une trentaine de grévistes filtraient mardi 26 septembre les entrées et sorties du dépôt de carburant de Mondeville, à l'est de la ville, d'après la CGT. Jointe par l'AFP, la préfecture a précisé que le site n'était "pas bloqué". "Les manifestants sont présents aux abords et les véhicules circulent, il leur a été rappelé que le droit de grève est bien évidemment respecté mais que les blocages ne seront pas admis". 

À lire aussi
Un homme télétravaille en mai 2020 à Vertou (Loire-Atlantique) entreprises
Coronavirus : "Le tout-télétravail n'est pas la bonne solution", estime Benoît Serre


À La Rochelle, les routiers ont décidé de "lever" leur mouvement provisoirement, après avoir échoué à bloquer les dépôts pétroliers de La Pallice. 

Pour tenter de dénouer la crise, la ministre des Transports, Elisabeth Borne, a invité syndicats et organisations patronales à une réunion jeudi pour discuter du "dumping social et de la concurrence déloyale".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Code du travail Grève Cgt
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants