1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Grand débat : face à la désindustrialisation, les Luxfer ne se laissent pas faire
2 min de lecture

Grand débat : face à la désindustrialisation, les Luxfer ne se laissent pas faire

REPORTAGE - Depuis trois semaines les 136 salariés de Luxfer à Gerzat, dans le Puy-de-Dôme sont en grève.
Malgré ses bénéfices, l’usine de la périphérie de Clermont-Ferrand spécialisée dans la fabrication de bouteilles de gaz est promise à la fermeture d’ici à la fin de l’année.

Sur le site de Luxfer à Gerzat, dans le Puy-de-Dôme
Sur le site de Luxfer à Gerzat, dans le Puy-de-Dôme
Crédit : Sina Mir / RTL
Grand débat : face à la désindustrialisation, les Luxfer ne se laissent pas faire
02:26
Sina Mir - édité par Thomas Pierre

La grande cheminée claire qui les surplombe date de l’avant-guerre. La bataille des Luxfer pour sauver leurs emplois, elle, de trois mois en arrière. "Pour l’ensemble de mes collègues, on pense que c’est une volonté politique, de fermer le site, qui nous dépasse. On pense que l’industrie va repartir du côté des États-Unis, c’est une volonté du président Trump", déplore un salarié. 

"On propose de faire gagner plus d’argent et on ne nous écoute pas donc y a bien quelque chose qui tourne pas rond dans l’affaire", poursuit-il. Car les ouvriers, au savoir-faire rare qui équipent pompiers et hôpitaux, ont travaillé d’arrache-pied pour porter un impressionnant contre-projet. Une trentaine de pages validé par plusieurs experts pour doubler les bénéfices de l’entreprise, près de deux millions d’euros l’année dernière

Philippe Alves, travaille depuis plus de 15 ans ici, il explique : "Sur le site de Gerzat qui est un site qui a démarré en 1939, les presses hydrauliques ne sont pas en concordance (...) Nous on revoit tout. On enlève les machines d’un point A on les met sur un point B, pour être au final, plus rapides, plus réactifs, plus productifs".

J’en ai vu des négociations dans ma carrière mais je n’avais jamais vu ça encore

Bertrand Pasciuto, vice-président en charge de l’économie de la métropole

Bertrand Pasciuto, ex-socialiste et vice-président en charge de l’économie de la métropole , bastion historique des pneus Michelin avoue n’avoir jamais lu une telle qualité de projet. Pourtant, la direction de Luxfer l’a rejeté au deuxième rendez-vous. 

"J’en ai vu des négociations dans ma carrière mais je n’avais jamais vu ça encore ! Quand je dis que c’est des patrons voyous, c’est des patrons voyous ! L’État ne peut pas, ici, imposer les normes qui existent pour plus de 1000 salariés", dit-il.

À lire aussi



Un point encore aujourd’hui réfuté par la direction du groupe spécialiste des bouteilles de gaz. Par souci de concurrence, elle refuse toujours pour le moment l’idée d’une reprise de ce savoir-faire français.

Sur le site de Luxfer à Gerzat, dans le Puy-de-Dôme
Sur le site de Luxfer à Gerzat, dans le Puy-de-Dôme
Crédit : Sina Mir / RTL
Sur le site de Luxfer à Gerzat, dans le Puy-de-Dôme
Sur le site de Luxfer à Gerzat, dans le Puy-de-Dôme
Sur le site de Luxfer à Gerzat, dans le Puy-de-Dôme
Sur le site de Luxfer à Gerzat, dans le Puy-de-Dôme
Sur le site de Luxfer à Gerzat, dans le Puy-de-Dôme Crédits : Sina Mir / RTL
Sur le site de Luxfer à Gerzat, dans le Puy-de-Dôme Crédits : Sina Mir / RTL
Sur le site de Luxfer à Gerzat, dans le Puy-de-Dôme Crédits : Sina Mir / RTL
Sur le site de Luxfer à Gerzat, dans le Puy-de-Dôme Crédits : Sina Mir / RTL
1/1
La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/