1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Gironde : un gérant en grève de la faim pour sauver sa salle de sport
1 min de lecture

Gironde : un gérant en grève de la faim pour sauver sa salle de sport

Jean-Michel Rey poursuit une grève de la faim depuis 14 jours pour alerter sur sa situation financière, très fragilisée par la crise sanitaire et les restrictions en vigueur.

Le professeur d'arts martiaux Jean-Michel Rey au Dojo 114, une salle de sport associative qui a fermé dans le cadre des mesures sanitaires, à Bruges, le 26 février 2021.
Le professeur d'arts martiaux Jean-Michel Rey au Dojo 114, une salle de sport associative qui a fermé dans le cadre des mesures sanitaires, à Bruges, le 26 février 2021.
Crédit : Philippe LOPEZ / AFP
Florise Vaubien & AFP

C'est un cri d'alarme pour ce gérant d'une salle d'arts martiaux de Bruges, près de Bordeaux. Jean-Michel Rey, ancien garde du corps de 59 ans, poursuit une grève de la faim depuis 14 jours pour sauver son établissement particulièrement fragilisé par la crise sanitaire. Au bord de l'asphyxie financière, il a alerté sur "l'hécatombe" des associations sportives privées. Un drap où est inscrit "en grève de la faim" flotte au-dessus de la porte d'entrée.

"On n'a plus d'argent, pas de quoi tenir jusqu'en septembre", a expliqué à l'AFP le gérant de la salle Dojo 114. L'homme, qui a écrit à l'Élysée et qui risque la faillite, n'a reçu aucune aide financière depuis la fermeture de son établissement il y a près d'un an à cause de la pandémie. 

"Il nous manque trois mois de loyer, c'est 6.000 euros, en espérant rouvrir en septembre 2021", a précisé M. Rey dont le club vit uniquement des cotisations des bénévoles. Le gérant, suivi par un médecin, a déjà perdu 12 kilos : il dénonce "l'oubli" et "le manque" de considération des pouvoirs publics à l'égard des associations sportives

De son côté, la municipalité assure que l'association "n'a jamais fait appel à la mairie" : elle s'est engagée à mobiliser le fonds de soutien aux associations alimenté par la commune, le département et la région. "Nous allons l'aider à monter un dossier en urgence. D'une manière ou d'une autre, il aura son argent", a indiqué Gonzalo Chacon, adjoint aux sports et à la jeunesse. Une première cagnotte, mise en ligne et lancée par les adhérents, a récolté 4.000 euros

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/