1 min de lecture Politique

"Gilets jaunes" : la crise est grave mais ce n'est pas la fin du monde

Dans le journal "L'Opinion", Sebastian Roché, directeur de recherche au CNRS et à Science-Po Grenoble porte un regard particulier sur le mouvement des "gilets jaunes".

BEGOT 245300 La Revue de Presse Amandine Begot
>
Gilets jaunes : la crise est grave mais ce n'est pas la fin du monde Crédit Image : Thierry Zoccolan / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
BEGOT 245300
Amandine Begot et Benjamin Hue

À la veille d'une quatrième journée de manifestation des "gilets jaunes" très redoutée par les autorités après trois semaines de crise, le journal L'Opinion nous donne toutefois quelque raisons d'espérer ce vendredi 7 décembre. Sebastian Roché, directeur de recherche au CNRS et à Science-Po Grenoble porte un regard particulier sur la crise sociale la plus importante du quinquennat d'Emmanuel Macron. 

"Oui, dit-il, la crise est grave mais ce n'est pas pour autant la fin du monde." "Depuis l'après-guerre, poursuit-il, chaque transformation de l'industrie de la pêche ou de l'agriculture a donné lieu à des crises présentant les mêmes symptômes qu'aujourd'hui.
Des formes de protestations spontanées, assorties de violences, de destruction, de demandes de démission".

Le chercheur cite en exemple la grave crise paysanne de 1961. À l'époque, rappelle-t-il, 5.000 agriculteurs avaient pris d’assaut la ville de Morlaix et détruit la préfecture du Finistère. Presque 20 ans plus tard, en 1978, c'était la crise de la sidérurgie à Longwy dans le bassin lorrain. 25.000 personnes, alertées par le bouche à oreille, s'en étaient pris à la presse, aux banques et revendiquaient peu ou prou la même chose que les "gilets jaunes".

À lire aussi
Un membre des "gilets jaunes" le 9 décembre 2018, près de Marseille. Gilets jaunes
"Gilets jaunes" : la position ambiguë du gouvernement avant l'acte 5

"Chaque fois qu'on a changé de modèle ou de société, les protestations ont été spontanées et violentes", résume Sebastian Roché qui dit ne pas croire à l'idée selon laquelle certains groupes prépareraient des assassinats politiques. "Ce n'est pas, contrairement aux États-Unis, une tradition en France. Et surtout, cela signerait la mort du mouvement des "gilets jaunes", conclut le chercheur.

La rédaction vous r ecommande
Lire la suite
Politique Gilets jaunes Social
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795837830
"Gilets jaunes" : la crise est grave mais ce n'est pas la fin du monde
"Gilets jaunes" : la crise est grave mais ce n'est pas la fin du monde
Dans le journal "L'Opinion", Sebastian Roché, directeur de recherche au CNRS et à Science-Po Grenoble porte un regard particulier sur le mouvement des "gilets jaunes".
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/gilets-jaunes-la-crise-est-grave-mais-ce-n-est-pas-la-fin-du-monde-7795837830
2018-12-07 10:48:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/ZCdN0888h6-1B-oNA1iGAw/330v220-2/online/image/2018/1204/7795811051_des-gilets-jaunes-devant-la-mairie-du-puy-en-velay-le-17-novembre-2018.jpg