1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. François Fillon a-t-il retourné la situation ?
3 min de lecture

François Fillon a-t-il retourné la situation ?

INVITÉS RTL - Carole Barjon, chef du service politique de "l'Obs" et Guillaume Roquette, directeur de la rédaction du "Figaro Magazine" reviennent sur les explications du candidat.

François Fillon lors de sa conférence de presse, le 6 février 2017
François Fillon lors de sa conférence de presse, le 6 février 2017
Crédit : SIPA
François Fillon a-t-il retourné la situation ?
06:14
François Fillon a-t-il retourné la situation ?
06:18
Yves Calvi & Léa Stassinet

"Le premier courage d'un homme politique, c'est d'être capable de reconnaître ses erreurs". François Fillon a fait son mea culpa lundi 6 février, presque deux semaines après les révélations du Canard enchaîné sur des supposés emplois fictifs dont aurait bénéficié son épouse Penelope. "J'ai privilégié une collaboratrice de confiance, ce qui suscite aujourd'hui la défiance", a-t-il reconnu. "Je le regrette profondément et présente mes excuses aux Français", a continué François Fillon s'adressant à ses électeurs. Mais a-t-il vraiment convaincu ? 

"Je pense qu'il a compris qu'il s'était trompé", explique Guillaume Roquette, directeur de la rédaction du Figaro Magazine. "Il avait dit circulez il n'y a rien à voir, et ça, les électeurs de droite ne pouvaient pas le comprendre. Ce n'est pas parce que c'était légal que c'était moral. Mais avec ce mea culpa, il a envoyé un message disant 'je vous ai compris'", estime l'éditorialiste. François Fillon ne pourra pas retourner la situation mais pour Guillaume Roquette, le candidat en sort "abîmé mais conforté parce qu'il n'a pas tremblé. Il n'en sort pas indemne mais il est toujours debout. C'est peut-être en cela que c'est positif". 

Sondage
Selon vous, la campagne de François Fillon est-elle relancée ?*

"François Fillon est apparu très seul"

Un avis que ne partage pas Carole Barjon, chef du service politique de l'Obs. "Pas tremblé je ne suis pas d'accord. Il a eu une communication extrêmement défaillante. On lui demandait de s'expliquer, il a attendu 15 jours, c'est une éternité. Cela a donné lieu à des batailles de coulisses qui ne donnent pas l'image d'un camp très solide. François Fillon est apparu très seul", lance la journaliste. 

Cette affaire va laisser des traces, et les explications ne sont qu'une première étape pour Carole Barjon. "Il doit ensuite recommencer la campagne en essayant d'être audible, ce n'est pas gagné et puis s'il est élu, il va devoir appliquer un programme qui demande des efforts aux français", estime-t-elle. Le candidat a affirmé que c'était "une nouvelle campagne" qui commençait et pour Carole Barjon, cela veut dire "qu'il va infléchir son programme". 

À lire aussi

"Il n'a pas décidé d'adoucir son projet pour la France" rétorque Guillaume Roquette. "Il a dit je ne suis pas là pour imposer une purge à la France, je suis là pour améliorer la situation. Il le présente différemment mais sur le fond, il ne le change pas", explique l'éditorialiste. Pour lui, ce qui est nouveau c'est que "ce n'est plus le même François Fillon. Il n'y a plus de doutes c'est lui le patron, il n'y a pas de plan b."

C'est parce qu'il n'y avait pas de solution de rechange qu'il a pu demeurer

Carole Barjon

Doit-il d'ailleurs son salut au fait qu'il n'y ait pas eu de candidat sérieux pour le remplacer ? C'est l'avis de Carole Barjon. "Cela peut être interprété comme un signe de faiblesse. C'est parce qu'il n'y avait pas de solution de rechange qu'il a pu demeurer". François Fillon un candidat par défaut ? "Un petit peu quand même", selon la journaliste, "de même qu'il l'était à la primaire. François Fillon a été excellent à partir du 27 octobre, parce qu'il a su saisir un moment où Alain Juppé était en panne, et Nicolas Sarkozy rejeté, mais c'est bien parce que les deux grands ne faisaient pas l'affaire". 

"On n'est pas candidat par défaut lorsqu'on est élu par des millions de personnes, François Fillon est le seul à avoir cette légitimité", estime Guillaume Roquette. Mais la route jusqu'à l'Élysée est encore bien longue. "Lundi 6 février il a parlé à son camps et l'a remobilisé, mais pour gagner l'élection il faudra rassembler bien au-delà", conclut Carole Barjon.  

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/