2 min de lecture Niger

Français tués au Niger : "On n'envoie pas n'importe qui" sur le terrain, assure le président d'ACF

INVITÉ RTL - Après le décès de six jeunes humanitaires au Niger, le Dr Pierre Micheletti, revient sur la préparation post-mission. "Notre rôle et notre responsabilité, c'est de veiller à ce que les personnes qui s'engagent à nos côtés soient très au clair", a déclaré le président d'Action contre la faim.

Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Pierre Micheletti était l'invité de RTL du 14 août 2020 Crédit Image : FRANCOIS GUILLOT / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Jérôme Florin
Jérôme Florin édité par Marie Gingault

Dimanche 9 août, six humanitaires français de l'ONG Acted ont été tués par des hommes armés au Niger. Ce vendredi 14 août, un hommage national, présidé par Jean Castex, leur sera rendu à l'aéroport d'Orly. 
Les six victimes, quatre femmes et deux hommes, étaient âgées de 25 à 35 ans. Selon le Dr Pierre Micheletti, président d'Action contre la faim (ACF), ce qui pousse les jeunes à partir en zone de guerre, c'est la volonté de s'engager : "Il y a une forme d'engagement social, d'engagement sur des causes liées à la sous-nutrition dans le cas de ACF, aux métiers de la santé, il y a une volonté de rencontrer d'autres peuples, d'autres cultures, il y a une curiosité, il y a cette envie d'ouverture sur le monde". 

Toutefois, les pays dans lesquels se rendent les organisations humanitaires, sont des zones en grandes difficultés, souvent en guerre. "C'est une des grandes différences de ce qui a évolué depuis 30 ans, aujourd'hui, plus aucune organisation humanitaire ne peut nier les risques sur certains territoires", souligne le Dr Pierre Micheletti.

"Notre rôle et notre responsabilité, c'est de veiller à ce que les personnes qui s'engagent à nos côtés soient très au clair, selon les pays et les environnements dans lesquels ils partent, sur les risques qu'ils peuvent encourir. Nous avons une responsabilité d'information, une responsabilité de mesures de prévention et une responsabilité de formation de ces jeunes gens".

Ne pas avoir peur d'avoir peur

Dr Pierre Micheletti, président d'Action contre la faim
Partager la citation

Le spécialiste des questions humanitaires internationales indique également qu'avant de partir dans des zones comme le Niger, pays l'un des plus dangereux au monde, une bonne préparation des humanitaires est primordiale : "Il y a déjà une lecture fine du contexte dans lequel ils vont être immergés, qu'ils comprennent bien ce qu'il se joue, si c'est une situation de guerre civile comme au Niger, au Nigeria ou au Yemen, qu'ils aient des éléments pour pouvoir décoder la complexité de ces situations", précise le docteur Micheletti.

À lire aussi
justice
La fermeture du site raciste "Démocratie participative", ordonnée par la justice

C'est justement dans ce but de transparence et de compétence, que les organisations sélectionnent des profils aptes à gérer des situations telles que celle du Niger. "On recrute des métiers qui sont spécialisés dans l'analyse de ces contextes", assure le président d'ACF, en faisant référence aux métiers émanant d'étudiants en sciences politiques, ou en anthropologie, "qui vont aider nos programmes sur le terrain".

"On n'envoie pas n'importe qui, et on envoie des métiers complémentaires, à la fois technique en lien direct avec les projets qui vont être mis en oeuvre, mais aussi tout un tas de nouveaux métiers, en particulier dans les contextes qui le nécessitent, pour nous livrer des clés de lecture, sur des environnements où la sécurité peut-être très changeante et très volatile", explique Dr Micheletti. 

Le président d'Action contre la faim, autrefois directeur des programmes de Médecins du Monde, tient à donner un précieux conseil aux jeunes qui souhaitent se lancer dans l'humanitaire : être très attentif aux contextes dans lesquels ils pourraient être envoyés en mission, et surtout "ne pas avoir peur d'avoir peur", conclut le médecin. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Niger Humanitaire Solidarité
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants