1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Fonctionnaires : le jour de carence peut-il vraiment réduire l'absentéisme ?
2 min de lecture

Fonctionnaires : le jour de carence peut-il vraiment réduire l'absentéisme ?

ÉDITO - Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a annonce que le premier jour de congé maladie ne sera plus payé pour les agents de la Fonction publique.

François Lenglet
François Lenglet
Crédit : Damien Rigondeaud
Fonctionnaires : le jour de carence peut-il vraiment réduire l'absentéisme ?
02:51
Fonctionnaires : le jour de carence peut-il vraiment réduire l'absentéisme ?
02:56
François Lenglet

Un jour de carence, c'est un jour pendant lequel la Sécurité sociale ne rembourse pas le salaire en cas d'absence pour maladie. C'est en fait le premier jour du congé maladie qui n'est pas indemnisé lorsqu'il est déclaré de carence. Dans le secteur privé, il y a en principe trois jours de carence, c'est-à-dire que la Sécu ne rembourse pas le salaire durant les trois premiers jours d'un arrêt de travail. Dans le public, chez les fonctionnaires, jusqu'à aujourd'hui, pas de jour de carence : la Sécu indemnise donc dès le premier jour. 

Ce jour de carence dans la Fonction publique viserait-ils à réduire les inégalités d'un secteur à l'autre ? En réalité, ces inégalités sont moins fortes qu'on ne le croit. Parce que même dans le secteur privé, le délai de carence n'existe que de façon théorique. Les grandes entreprises par exemple, et bon nombre de PME, compensent  l'absence de Sécu pendant les trois jours dits de carence. C'est-à-dire que l'employeur prend en charge la différence et verse le salaire intégralement. C'est le cas pour 66% des salariés du privé. Le tiers restant, souvent des CDD et des contrats précaires, subit donc une perte de salaire en cas de maladie, durant les trois premiers jours d'absence. Et c'est le cas bien sûr aussi pour les indépendants, les professions libérales et les commerçants.

Le bénéfice financier n'a pas été aussi net qu'on aurait pu le penser

François Lenglet

S'il n'y a pas d'inégalités criantes, il y a une autre raison : la lutte contre l'absentéisme. Il y a une vieille histoire là-dessous. En 2012, Nicolas Sarkozy avait déjà introduit le jour de carence dans les administrations françaises, justement pour responsabiliser les fonctionnaires sur leurs absences. L'année d'après, on a, en effet, mesuré un effondrement des arrêts de travail courts. Dans la Fonction publique territoriale (les régions, les départements etc.), les arrêts d'une journée ont chuté de 43% cette année-là ! Cela n'a pas empêché François Hollande de supprimer, en 2014, ce jour de carence, qui est aujourd'hui rétabli. 

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, on devrait observer une chute des arrêts courts. Pour dire la vérité, on avait aussi observé l'année de la carence, en 2013, une augmentation de la durée moyenne des arrêts maladie, comme si les salariés se vengeaient en retardant leur retour au travail. Le bénéfice financier n'a donc pas été aussi net qu'on aurait pu le penser.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/