3 min de lecture Égalité hommes-femmes

Finance : les femmes encore trop peu présentes à la tête des banques européennes

Christine Lagarde est la nouvelle présidente de la BCE. Une avancée peu représentative des équipes dirigeantes des 35 plus grandes banques européennes qui, elles, manquent de parité.

Christine Lagarde devant la Banque centrale européenne (BCE).
Christine Lagarde devant la Banque centrale européenne (BCE). Crédit : Daniel ROLAND / AFP
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

"Si on avait eu Lehman Sisters, et pas seulement Lehman Brothers, on se serait sans doute porté un peu mieux." Interrogée sur RTL le 30 octobre, Christine Lagarde est revenue sur la faillite de la banque américaine et la crise de 2008. La nouvelle présidente de la Banque centrale européenne (BCE) assurait alors que la féminisation du secteur des banques était nécessaire pour éviter les catastrophes financières.

Elle avançait pour cela deux arguments : d'une part, les femmes ont tendance à prendre moins de risque et donc sont moins susceptibles de faire des choix aux conséquences néfastes pour l'économie, et d'autre part "le leadership féminin est plus participatif". Si la première observation est aujourd'hui remise en cause par de nombreuses études scientifiques, il est régulièrement prouvé que la diversité au sein des équipes dirigeantes améliore la performance des entreprises pour d'autres raisons.

C'est précisément ce qu'a analysé l'Observatoire Skema de la féminisation des entreprises. Dans une étude qui porte sur "La diversité des instances de gouvernance des banques européennes", le centre de recherche a étudié les conseils d'administration et les comités exécutifs des 35 plus grandes banques européennes. L'objectif : mesurer la féminisation de ces instances et évaluer l'impact que celle-ci a pu avoir sur la performance des banques étudiées, entre 2008 et 2018.

Les banques, un "réseau de vieux garçons"

Entre 2008 et 2018, la présence de femmes dans les équipes dirigeantes des banques étudiées a augmenté de 95,34% dans les conseils d'administration (chargés de définir la stratégie globale d'une entreprise) et de 268% dans les comités exécutifs (organe de surveillance et de décision). Mais ces chiffres a priori très positifs cachent une réalité plus nuancée.

À lire aussi
montage photos égalité hommes-femmes
Forbes : qui sont les femmes les plus puissantes de la planète ?

D'abord, en 2008, l'Observatoire note que les banques étudiées constituaient un "Old boys network" ("un réseau de vieux garçons", ndlr). Ainsi, en moyenne les conseils d'administration des 35 banques étaient composées de 2,5 femmes et les comités exécutifs de... 0,64 soit moins d'une femme par comité. Par ailleurs, aucune banque n'avait de présidente de conseil d'administration alors que les femmes représentent 53,52% de leurs effectifs.

En 2018, les chiffres se sont améliorés mais les comptes ne sont toujours pas bons. Si le nombre de femmes présentes dans les conseils d'administrations a doublé pour atteindre en moyenne un tiers des membres, elles ne sont que 19,80% dans les comités exécutifs. Pourtant, comme le note l'étude citant les résultats de la recherche scientifique, pour un changement durable il est nécessaire d'atteindre un seuil de 30% de femmes dans les équipes dirigeantes.

Les banques nordiques leaders de la parité

En y regardant de plus près, le classement obéit à une règle aujourd'hui peu surprenante : comme dans beaucoup de domaines ce sont les pays scandinaves qui dominent en matière d'égalité femmes-hommes. Que ce soit en 2008 ou en 2018, les banques suédoise et danoise Swedbank et DNB trustent les deux premières places.

En 2008, elles étaient suivies de deux autres banques suédoises : Svenska Handelsbanken et Skandinaviska Enskilda Banken. Néanmoins, en 2018, ce sont les banques italienne Intesa Sanpaolo et britannique Nationwide Building Society qui se sont respectivement hissées à la troisième et à la quatrième place, alors qu'elles étaient au bas du classement dix ans auparavant.

Pourcentage de femmes dans les conseils d'administration et les comités exécutifs en 2008.
Pourcentage de femmes dans les conseils d'administration et les comités exécutifs en 2008. Crédit : Observatoire Skema de la féminisation des banques
Pourcentage de femmes dans les conseils d'administration et les comités exécutifs en 2018.
Pourcentage de femmes dans les conseils d'administration et les comités exécutifs en 2018. Crédit : Observatoire Skema de la féminisation des banques

Pour ce qui est des banques françaises, la BNP Paribas, la Société Générale et le Crédit Agricole se situaient parmi les plus mauvais élèves en 2008. Dix ans plus tard, on observe une féminisation de leur conseil d'administration, qui comptent parmi ceux qui ont le plus de membres féminines, mais pas de leur comité exécutif. Un changement impulsé par la loi "Copé-Zimmermman" votée en 2011 qui instaure un seuil de 40% de femmes dans les conseils d'administration français à l'horizon 2017.

De meilleures performances

L'étude de l'Observatoire Skema de la féminisation des banques met en lumière l'impact de ce phénomène de féminisation sur leurs performances. Ainsi que ce soit dans le cas des conseils d'administration ou des comités exécutifs, il est clair que les banques les plus féminisées réussissent mieux, comme le montrent de nombreuses études sur le sujet. En 2015, le cabinet américain McKinsey publiait une étude démontrant que les entreprises dont l'équipe dirigeante est mixte, ont 15% de plus de chances de réussir.

Par ailleurs l'Observatoire conclut que les marchés financiers sont plus confiants lorsqu'il s'agit d'investir dans des banques aux conseils d'administration et conseil exécutif féminisés. La mixité est donc vue comme une sécurité face aux risques. Cependant, cela ne veut pas dire qu'en tant que dirigeantes, les femmes sont plus prudentes que leurs homologues masculins. Elles sont simplement perçues comme telles.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Égalité hommes-femmes Banques Christine Lagarde
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants