1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Finale Coupe du Monde : 15 jours de prison pour les 4 Pussy Riot ayant envahi le terrain
1 min de lecture

Finale Coupe du Monde : 15 jours de prison pour les 4 Pussy Riot ayant envahi le terrain

Les quatre membres du groupe féministe contestataire Pussy Riot ont été reconnus coupables d'avoir "gravement enfreint les règles du comportement des spectateurs".

Une militante des Pussy Riot lors de la finale France-Croatie dimanche 15 juillet à Moscou
Une militante des Pussy Riot lors de la finale France-Croatie dimanche 15 juillet à Moscou
Crédit : Mladen ANTONOV / AFP
Arièle Bonte & AFP

15 jours de prison et une interdiction d'assister à des événements sportifs pendant 3 ans. C'est la condamnation donnée par un tribunal de Moscou à Veronika Nikoulchina, Olga Pakhtoussova, Piotr Verzilov et Olga Kouratcheva, les 4 membres des Pussy Riot ayant fait irruption sur le terrain à la 53e minute de la finale du Mondial de football, dimanche 15 juillet à Moscou, en Russie.

Les trois femmes et l'homme ont été reconnus coupables d'avoir "gravement enfreint les règles du comportement des spectateurs" et se sont vus infliger la peine maximale, a rapporté le site MediaZona, spécialisé sur la justice et dont Piotr Verzilov en est le fondateur.

Le groupe féministe russe a entrepris cette action afin de demander notamment "la libération des prisonniers politiques" en Russie, la liberté de manifester et le pluralisme politique, a-t-il revendiqué quelques minutes après sur Twitter et Facebook.

Piotr Verzilov, fondateur de MediaZona et membre des Pussy Riot
Piotr Verzilov, fondateur de MediaZona et membre des Pussy Riot
Crédit : Mladen ANTONOV / AFP

Une prière punk contre Poutine

Les Pussy Riot n'en sont pas à leur premier coup d'essai contre la politique russe. L'action la plus connue du groupe remonte à février 2012 lorsque plusieurs membres avaient chanté une prière punk contre le président Vladimir Poutine dans la cathédrale de Moscou.

À écouter aussi

Trois des cinq membres du groupe avaient été condamnées en août 2012 à deux ans de camp notamment pour "hooliganisme motivé par la haine religieuse". Ekaterina Samoutsevitch avait finalement été libérée en octobre 2012, tandis que Nadejda Tolokonnikova et Maria Alekhina avaient purgé 22 mois de leur peine.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.