2 min de lecture Société

États-Unis : des poupées sexuelles pour remplacer les vraies relations ?

BILLET - Un scandale vient d’éclater dans la ville texane de Houston : le maire s’oppose à l'ouverture d’un magasin de poupées sexuelles robotisées, présenté comme une maison close.

Isabelle Saporta C'est comme ça Isabelle Saporta iTunes RSS
>
États-Unis : des poupées sexuelles pour remplacer les vraies relations ? Crédit Image : Nicolas Gouhier / RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Isabelle Saporta
Isabelle Saporta et Leia Hoarau

Je sais pas vous, mais moi je trouve qu'on vit une époque formidable ! Une maison close de robots, pour ne pas dire un bordel de poupées... On n'en rêvait pas, ils l'ont fait quand même. Et puis, j'adore les arguments des concepteurs : ne vous méprenez pas, ces poupées ont une âme - ou presque -, elles sont dotées d'intelligence artificielle ce qui leur permet d'interagir avec des hommes. C'est comme ça qu'on dit maintenant : "interagir". 
 
Bon, l'idée, c'est quand même de les vendre leurs poupées. Mais comme elles coûtent la bagatelle de 3.000 dollars, ben pour le prix, on a le droit d'essayer avant de se décider pour être certain que l'interaction fonctionne.
 
Du coup, je me suis penchée sur l'épineuse question de la maison close de poupées. Il semblerait qu'elle n'ait, bien heureusement, pas tant que ça le vent en poupe : à Turin par exemple, les poupées ont été priées de se rhabiller pour cause d’hygiène. Et j'avoue qu'on n'a pas très envie de se poser la question du nettoyage des poupées après usage.

Et la "vraie" vie dans tout ça ?

Bien entendu, ce n'est qu'un gadget... Mais je peux faire ma réac de service deux minutes ? Je trouve ça atroce. On ne cesse de nous rebattre les oreilles avec la dangerosité de la robotisation de la vie quotidienne, du règne du virtuel et des réseaux sociaux.

Il est aujourd'hui scientifiquement prouvé que de ne plus se voir en vrai, ça nous rend dépressifs. Et on en tire quoi comme conclusion à votre avis ? Qu'il serait urgent de retisser des liens bien réels, de retrouver le plaisir de boire un verre au troquet avec des amis, et plus si affinités ? Noooooon, ça c'est has been, fini, dépassé !

Maintenant, on préfère nous vendre la robotisation de la fesse, comme comble de la "branchitude". Eh bien taxez-moi de vieille barbe si vous voulez, mais ce monde-là, il est peut être branché, mais il ne me fait pas rêver. J'assume et c'est comme ça !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Texas États-Unis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants