2 min de lecture Espace

Espace : Airbus et Safran s'allient pour concurrencer SpaceX

Le constructeur aéronautique européen et le motoriste français seront chargés de développer Ariane 6, afin de rivaliser avec le Falcon 9 produit par la société d'Elon Musk.

Le lanceur européen Ariane 5
Le lanceur européen Ariane 5 Crédit : JODY AMIET / AFP
Félix Roudaut
Félix Roudaut

L'Europe avance ses pions sur l'échiquier de la conquête spatiale. Airbus et Safran viennent de finaliser, jeudi 30 juin, la création de leur coentreprise Airbus Safran Launchers (ASL), après 18 mois de tergiversation, comme le relève le magazine Challenges. Le constructeur aéronautique européen et le motoriste français seront chargés de développer Ariane 6 pour concurrencer le géant américain SpaceX.

Fort de ses 8.400 salariés et 2,3 milliards d'euros de chiffre d'affaires, ASL aura la lourde tâche d'envoyer le lanceur européen dans l'espace à l'horizon 2020, afin de rivaliser avec l'entreprise californienne dirigée par Elon Musk. Avec son Falcon 9 proposé pour la somme de 62 millions de dollars, SpaceX a cassé les prix du marché. Une somme en effet bien modique comparée aux 200 millions d'euros à débourser pour Ariane 5. ASL s'est engagé à rendre ses lanceurs plus accessibles. Ainsi, le prix de lancement d'Ariane 62, version légère d'Ariane 6, sera de 70 millions d'euros. Ariane 64, version lourde, reviendra à 90 millions.

Ariane 6 et ses concurrents, éléments techniques, et évolution de la famille Ariane
Ariane 6 et ses concurrents, éléments techniques, et évolution de la famille Ariane Crédit : S.RAMIS/A.BOMMENEL/AFP

Pour atteindre cet objectif, ASL compte bien s'inspirer de l'organisation de son rival. "Chez SpaceX, tout est réuni sur un site. Au rez-de-chaussée, la production, avec un sol en lino. Au premier étage, le bureau d'études, avec de la moquette. Au second, les services commerciaux, avec du parquet", détaille avec humour Jean-Yves Le Gall, patron du CNES, à Challenges. Alors qu'une multitude d'acteurs contribuaient à la réalisation d'Ariane 5 (Arianeespace pour la vente, Safran pour les moteurs et Airbus pour la maîtrise d'ouvrage), 70% de la valeur ajoutée du lanceur sera désormais conçue par ASL. 

Au-delà de la réorganisation interne de l'entreprise, le nouveau géant devra s'atteler à réduire ses coûts de production de façon drastique s'il compte honorer sa promesse. "Au niveau des coûts de production, nous sommes exactement où nous devons être", assure le patron d'Arianeespace, Stéphane Israël, à l'hebdomadaire économique. ASL compte jouer sur les effets d’échelle en produisant des moteurs à poudre qui serviront à la fois à Ariane 6 et des lanceurs de moindre envergure Vega-C.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Espace Ariane Airbus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants