2 min de lecture Énergie

Engie accusé de démarchage abusif : le témoignage accablant de Betty sur RTL

RÉACTION - Le fournisseur d'électricité français fait-il signer des contrats sans avertir les personnes concernées ? Oui, selon le témoignage de Betty sur RTL. "On a encore des progrès à faire", ne cache pas Françoise Le Den pour Engie.

C¸a peut vous arriver - Julien Courbet Ça peut vous arriver Julien Courbet iTunes RSS
>
Engie accusé de démarchage frauduleux : Betty témoigne Crédit Image : CHRISTOPHE SIMON / AFP | Crédit Média : Julien Courbet/"Ça peut vous arriver" | Durée : | Date :
La page de l'émission
Gregory Fortune
Gregory Fortune
Journaliste RTL

Déjà condamné à un million d’euros de dommages et intérêts au profit d’EDF pour démarchage abusif par la Cour d’appel de Versailles le 14 mars 2019, le fournisseur d'électricité Engie pratique-t-il toujours des opérations commerciales abusives ? Ces derniers jours, plusieurs témoignages d'arnaques sont remontés, notamment dans l'émission Ça peut vous arriver, présentée par Julien Courbet sur RTL.

Jeudi 3 octobre, une femme prénommée Betty a raconté son histoire à l'antenne. "J’ai eu deux démarcheurs qui sont passés à la maison. Ils m’ont proposé une offre sans augmentation d’électricité pendant trois ans, en me disant qu’ils venaient de chez Engie. Je leur ai dit que j’étais chez Direct Énergie donc que ça ne m’intéressait pas. Ils m’ont dit que Engie faisait l’électricité en général, donc je les ai fait entrer".

La suite ? "Il y en a un qui est allé relever mon numéro de compteur. Quand je me suis aperçue que c’était sûrement une arnaque, j’ai appelé Engie, et Engie m’a dit que j’avais signé un contrat. J’ai dit : 'Non je n’ai rien signé'. Et là ils m’ont envoyé le duplicata de mon contrat qui était signé, et ce n’était pas ma signature". Ledit contrat est en possession de Julien Courbet et son équipe.

Ce sont des situations que nous condamnons

Françoise Le Den, responsable de la communication chez Engie sur RTL
Partager la citation

Durant une heure, les avocats de l'émission ont mené des discussions avec la direction du groupe industriel issu de la fusion entre GDF et Suez en 2008. C'est finalement Françoise Le Den, responsable de la communication, qui a pris la parole. "On a eu connaissance des cas que vous avez soulevés. Ce sont des affaires très regrettables. Chez nous, ce sont des cas qui sont juste inacceptables". 

À lire aussi
Une voiture électrique en charge. (Illustration) économie
Transports : la Commission européenne dit oui à "l'Airbus des batteries"

Selon elle, le contrat d'une première victime a été "immédiatement annulé, elle a été remboursée". "Maintenant, sur le cas de Betty, on est dans une situation extrêmement regrettable et inacceptable. Je n’ai pas tous les détails, il m’en faudrait un peu plus". Pour Mme Le Den, ces quelques cas, sont à relativiser avec les "11 millions de contrats" gérés par Engie. 

Mais la directrice n'a pas non plus hésité à faire son mea culpa : "On a encore des progrès à faire, certes, et on le reconnait. Mais on a mis une place une école de vente, on n’hésite pas à retirer à nos vendeurs indélicats leur carte. On en a retiré 40 depuis le début de l’année. Ce sont vraiment des situations que nous condamnons". Françoise Le Den communique enfin un numéro pour les réclamations : 0.800.100.052.

Le fournisseur Eni également impliqué ?

Autre témoignage tendant à prouver la volonté de recruter de nouveaux clients de façon frauduleuse dans le secteur de l'énergie, celui de Mélanie, ancienne salariée de Eni, un autre fournisseur, italien. La jeune femme évoque des "consignes officieuses". "On nous conseillait fortement d’aller dans des cités un peu défavorisées pour avoir (...) des personnes avec de nombreux enfants, des personnes âgées aussi. Il fallait viser les personnes vulnérables". 

"On leur disait : ‘vous allez faire de super économies…’, poursuit Mélanie. Des fois ça pouvait être vrai, mais souvent c’était le cas inverse. Ensuite, pour les faire signer, on avait une offre pour des journaux et on disait aux personnes ‘signez, c’est juste pour prouver à mon patron que je suis passée vous voir mais ne vous inquiétez pas, c’est sans engagement’. Au final, ils se retrouvaient abonnés aux journaux et à Eni", raconte-t-elle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Énergie Arnaques Fraude
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants