1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. En Guyane, les barrages ouverts "jusqu’à nouvel ordre"
2 min de lecture

En Guyane, les barrages ouverts "jusqu’à nouvel ordre"

Afin de profiter du week-end pascal, les organisateurs du mouvement social ont décidé d'ouvrir exceptionnellement la majorité des barrages au profit des habitants de la Guyane.

Le directeur du Centre spatial de Kourou lors des mouvements sociaux en Guyane le 4 avril
Le directeur du Centre spatial de Kourou lors des mouvements sociaux en Guyane le 4 avril
Crédit : jody amiet / AFP
Benjamin Pierret & AFP

Le calme entre deux tempêtes. Alors que la grogne sociale gronde en Guyane depuis trois semaines, le territoire d'outre-mer connaît une ponctuelle accalmie. Le collectif "Pou la Gwiyann dékolé" ("Pour que la Guyane décolle"), qui pilote le mouvement, a annoncé jeudi 13 avril l'ouverture des barrages, qui paralysaient le territoire, "jusqu'à nouvel ordre".

C'est au terme de trois heures d'assemblée générale que le collectif a pris la décision d'ouvrir les barrages "dès jeudi soir", pour permettre à la population de profiter du week-end pascal. Cependant, elle a refusé qu'une délégation se rende à Paris pour rencontrer François Hollande, comme l'a indiqué un porte-parole du collectif. Cette hypothèse, évoquée dans l'après-midi, n'a pas été retenue "pour garder la même ligne qu'au départ", et marquer "la colère de la population vis-à-vis d'un président qui n'a jamais porté attention à notre égard", a déclaré Youri Antoinette, à la sortie de l'assemblée générale.

Des mesures brèves

Les barrages seront tous ouverts, hormis quelques-uns jugés stratégiques, notamment celui du Centre spatial guyanais, vitrine économique du territoire, mais symbole pour les Guyanais des inégalités persistantes (le mouvement social empêche le lancement de la fusée Ariane depuis plus de trois semaines). Cependant, les représentants insistent sur le caractère bref et exceptionnel de cette mesure : "Tous les barrages sont ouverts, pas levés", explique Mikael Mancée, porte-parole du collectif, sur Guyane 1ère. "On peut circuler, en cette période culturelle forte pour la Guyane", a-t-il assuré, mais il a prévenu : "pour l'instant, les barrages sont ouverts jusqu'à nouvel ordre".

Pour autant, l'engagement ne faiblit pas : "On est mobilisé, ça ne changera plus jamais, on a soulevé quelque chose qui ne s'arrêtera pas. On est parti pour des mois", a insisté Mickael Mancée. Le collectif, qui regroupe des élus, des associations, des syndicats, des socio-professionnels, a décidé de s'organiser en différents "pôles" pour la suite du mouvement. "On établit des dossiers qui concerneront l'ensemble du territoire, dans tous les domaines". L'enveloppe de plus d'un milliard d'euros proposée par le gouvernement a été rejetée par le mouvement, qui réclame 2,5 milliards alloués à la santé, l'éducation, l'économie ou encore la sécurité. Une demande jugée "irréaliste" par Bernard Cazeneuve

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/