4 min de lecture Attentat à Nice

Attentat à Nice : l'opération Sentinelle va se concentrer sur les grands rassemblement estivaux

Six personnes sont toujours placées en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur l'attentat de Nice.

Les Niçois se rassemblent ce 18 juillet pour la minute de silence non loin de la Promenade des Anglais
Les Niçois se rassemblent ce 18 juillet pour la minute de silence non loin de la Promenade des Anglais Crédit : AFP
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
et La rédaction numérique de RTL

Le temps s'est figé, lundi 18 juillet à 12h sur la Promenade des Anglais, à Nice, où 84 personnes ont perdu la vie jeudi 14, pour une minute de silence en hommage aux victimes de cet attentat sanglant tandis que l'enquête progresse sur d'éventuelles complicités dont aurait bénéficié son auteur. 

Le deuil national de trois jours décrété samedi a culminé avec cette minute de silence, que François Hollande a suivi depuis la place Beauvau en compagnie du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Avant cette cérémonie, le chef de l'État a présidé un troisième Conseil de défense et de sécurité à l'Élysée depuis l'attentat, qui a fait 84 morts, dont 10 enfants et adolescents. À Nice, ce moment de recueillement a été observé au monument du Centenaire, sur la Promenade des Anglais où des "moyens exceptionnels supplémentaires" ont été mobilisés pour assurer la sécurité. Devant un mémorial improvisé sur les lieux de la tuerie, des passants continuaient à déposer fleurs et messages.

Revivez le déroulement de cette journée

19h50 - Par ailleurs, Manuel Valls affirme qu'un attentat "qui aurait pu être particulièrement meurtrier" a été déjoué juste avant l'Euro de football organisé en France.

19h45 - Concernant l'état d'urgence, le Premier ministre a expliqué aux responsables parlementaires : "Au regard de la tragédie de Nice, le projet de loi qui va vous être soumis prévoit d'autoriser à nouveau les perquisitions administratives".

19h40 - On en sait un peu plus sur le rééquilibrage de l'opération Sentinelle. "Les effectifs seront concentrés sur deux missions principales : le contrôle des flux aux frontières, dans les gardes, les aéroports et la sécurisation des grands rassemblements estivaux", a déclaré Manuel Valls à Matignon.

19h10 - La ville de Nice annonce dans un communiqué qu'elle se constitue "partie civile" dans le cadre de l'enquête judiciaire.

16h43 - Le procureur de la République François Molins donne une conférence de presse et dresse le nouveau bilan provisoire de l'attentat : "84 morts, 74 blessés, 28 en réanimation avec pronostic vital engagé pour 19 d'entre eux".

16h35 - Dans une interview accordée à Nice-Matin, Manuel Valls déplore les sifflets et les insultes "indignes" qui ont été entendus à son encontre à son arrivée à la cérémonie de recueillement. "C'est l'attitude peu spontanée d'une minorité, l'immense majorité de la foule était là pour se recueillir", affirme le Premier ministre.

15h00 - À ce stade de l'enquête, le profil de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel se précise. Le Tunisien de 31 ans, responsable de l'attentat du 14 juillet, est dépeint comme un homme peu religieux, violent, obsédé sexuel et sujet à un trouble du discernement pouvant conduire à la schizophrénie.

12h09 - Le cortège rassemblant Manuel Valls et les autres membres du gouvernement l'accompagnant à Nice a été hué à son arrivée, puis à son départ de la Promenade des Anglais, sous des cris "assassins", "démission".

12h00 - Une minute de silence émouvante sous des applaudissement à Nice.

11h42 - Manuel Valls accompagné de Christian Estrosi, Marisol Touraine, Éric Ciotti et Juliette Méadel rejoignent des milliers de Niçois pour la minute de silence près du monument du Centenaire à Nice.

10h51 - Une conférence de presse du procureur François Molins aura lieu à Paris à 16h30.

10h24 - François Hollande a invoqué une "obligation de dignité et de vérité" dans la "parole publique", a rapporté Bernard Cazeneuve. "On ne peut obtenir la résilience dans un pays si durement frappé que si l'on dit la vérité aux Français et si l'on les prépare dans l'unité à faire face aux épreuves", a affirmé à la presse Bernard Cazeneuve à l'issue de cette réunion, sur le perron de l'Elysée au côté du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.
9h24 - Le premier ministre Manuel Valls ainsi que Marisol Touraine (la ministre de la Santé) et Juliette Méadel (la secrétaire d'État chargée de l'Aide aux victimes) se rendront à Nice pour la minute de silence nationale, quatre jours après l'attentat de Nice.

À lire aussi
Deux ans après l'attentat sur la Prom', un feu d'artifice a de nouveau été tiré à Nice 14 juillet
14 juillet : premier feu d'artifice à Nice depuis l'attentat meurtrier de 2016

8h20 - "L'ensemble des dispositifs prévus pour le 14 juillet à Nice ont fait l'objet de réunions dont j'ai les comptes-rendus, avec la ville de Nice qui était l'organisatrice de ce feu d'artifice de manière à ce que la sécurité soit assurée, a dit Bernard Cazeneuve sur RTL. Les effectifs qui ont été indiqués par le préfet et le directeur départemental de la sécurité publique à Nice sont bien les bons".

8h09 - "La vérité est la suivante. Nous avons pris dans l'urgence un certain nombre de mesures. Nous avons rehaussé les effectifs de sécurité et renseignement avec la création de 9.000 postes, là où 2.500 avaient été supprimés", a rappelé Bernard Cazeneuve.

7h55 - Invité de RTL, le ministre de l'Intérieur a précisé qu'il s'agit d'"un attentat revendiqué par Daesh, à caractère terroriste. Quels étaient les liens entre celui qui a commis cet acte abjecte et les réseaux terroristes ?, s'interrogeait Bernard Cazeneuve. Le mode opératoire emprunte totalement à ce que sont les messages de Daesh qui appellent et provoquent au terrorisme (...) On ne peut pas exclure qu'un individu déséquilibré et très violent, et il semble que sa psychologie témoigne de ces traits de caractère, ait été à un moment, dans une radicalisation rapide".

7h28 - Une des gardes à vue a été levée dans la nuit de dimanche à lundi dans l'enquête sur l'attentat de Nice tandis que six personnes étaient toujours interrogées sous ce régime, a indiqué une source judiciaire. Trois des six personnes ont été transférées à Levallois-Perret, près de Paris, pour être interrogées dans les locaux de Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a précisé cette source.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentat à Nice Terrorisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants