5 min de lecture Karim Benzema

En 1996, Aimé Jacquet écartait Éric Cantona de l'Euro

REPLAY - Vingt ans après, c'est Didier Deschamps qui décide de ne pas retenir Karim Benzema pour l'Euro 2016?

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
En 1996, Aimé Jacquet écartait Éric Cantona de l'Euro Crédit Image : AFP / Gerry Penny | Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

Il y a des matins où il y a un emploi qu'on ne voudrait surtout pas occuper, celui de la personne chargée de déposer les journaux sur le bureau du président à l'Élysée. Lui aussi fait sa revue de presse chaque matin. Et ce n'est pas dans les journaux qu'il trouvera du soutien avant son intervention télévisée de ce soir. "Hollande face caméra, dos au mur",  titre Le Monde. En Une du Figaro "Hollande opération survie". En Une de l'Opinion "Le président qui rend fou". En Une du Parisien, "Lui président les Français n'y croient plus". 76% pensent que François Hollande devrait renoncer à la présidentielle. Pourtant, "ses proches jurent qu'il n'est jamais aussi bon que lorsqu'il est dos au mur", croit savoir Pierre-Alain Furbury dans Les Échos. "S'ils disent vrai, François Hollande a, ce jeudi, tout pour être au sommet de son art, tant il apparaît dans une impasse totale à un an de la présidentielle."

Sauf que comme le rappelle Libération : "Dans l'histoire politique récente, pas un président ne s'est relancé grâce à une émission de télé. Ils sont en revanche nombreux à s'être abîmés lors d'un face-à-face raté avec des vrais Français" en plateau". Denis Daumin dans la Nouvelle République du centre ouest ironise sur le lieu de l'émission de ce soir le musée de l'Homme, "drôle d'idée elle sent un peu le formol". Pour ceux qui n'y sont jamais allés, le musée de l'Homme expose des squelettes et des bocaux avec des choses dans du formol. 

Mais les mots les plus durs viennent en fait de la bouche des  proches de François Hollande , drôle d'esprit d'équipe que ces confidences au site de Paris Match. "Ce genre d’émission, dit un ministre il n’y a plus que nous, les membres du gouvernement, et vous, les journalistes, qui les regardons…",  "J’attends d’être surpris, glisse un autre ministre. À un certain moment, il faut mettre du miel pour attraper les abeilles…" Un autre membre de l’équipe du président se montre dubitatif : "On a vu les profils des citoyens qui seront présents, ça va être une boucherie".

Emmanuel et Brigitte Macron, storytelling à la française

On déconseille la lecture de Paris Match à François Hollande parce qu'en plus du site internet, il y a aussi le magazine en kiosque ce matin. Avec en couverture : "Ensemble sur la route du pouvoir". Un couple radieux marche main dans la main sur le tapis rouge déroulé dans la cour de l'Élysée. Emmanuel Macron et Brigitte, sa femme, pour la première fois en Une. Et les six pages qui leur sont consacrées sont dans la pure tradition de la peopolisation de la vie politique, et aussi de ce qu'on appelle aux États-Unis le storytelling. Avec récit de leur rencontre, elle  prof de latin et de français, lui son élève "Un jour dans son cœur tout bascule en secret". L'amour a tout emporté sur son passage. Emmanuel Macron, 17 ans, dit à sa prof : "quoi que vous fassiez je vous épouserai"

À lire aussi
Mathieu Valbuena et Karim Benzema le 10 juin 2014 justice
"Sextape" de Valbuena : les méthodes d'enquête de la police jugées "conformes"

"Mon mari , dit Brigitte Macron, est un chevalier un personnage d'une autre planète qui mêle une intelligence rare à une humanité exceptionnelle, tout est à la bonne place dans sa tête. Je dois être attentive à tout pour le protéger au maximum", dit celle que Match présente comme un pilier du clan Macron. L'article est signé Caroline Pigozi que l'on connait pour ses rencontres avec le pape. Visiblement, elle s'est convertie à Macron aussi "Il y a écrit-elle une complicité évidente, on sent des rapports très forts très profonds. Quand il la regarde ? Il a un espèce de regard de chat. Brigitte c'est son ministère de la sérénité.

Et pendant ce temps quelque part en France, un appel

"Chaque jour qui passe est un jour où la situation  se dégrade tant en matière d'insécurité, d'instruction, d'accès aux soins. Nous ne pouvons plus accepter, Monsieur le président, de voir ces milliers d'enfants errer dans nos rues, dans nos villages visitant les poubelles afin de pouvoir se nourrir et pour d'autres participer à des actes de délinquances quotidiens très certainement pour les mêmes fins". Ce texte est celui d'une pétition signée par 12.000 Français. Car oui, cette situation qui se dégrade, ces enfants qui fouillent les poubelles pour manger, c'est en France que ça se passe, mais à 8.000 km de Paris.

Mayotte, le 101e département français, est au bord de l'insurrection titre le Figaro. Barrages routiers, arbres arrachés, jets de pierre et voitures endommagées, "la pression monte à Mayotte",  titre du Monde de cet après-midi qui explique ce qu'est cette revendication d'une égalité réelle. Mayotte a choisi en 1976 de rester française, alors que le reste des Comores accédait à l'indépendance. 40 ans plus tard, l’île ne jouit toujours pas des mêmes droits que les autres départements français. Le Code du travail n'est pas le même, le temps de travail est encore de 39h, le recours à l'intérim est interdit, les prestations sociales sont bien inférieurs 270 euros de RSA contre 524 à Paris.

Sans parler des infrastructures publiques, manque de routes, d'écoles, d’hôpitaux. À cela s'ajoute l'immigration clandestine qui rend impossible tout recensement,  et un chômage à 20%, tandis que près du tiers des habitants vivent sous le seuil de pauvreté. Un économiste estime qu'il faudrait 33 ans à Mayotte pour converger vers le niveau de l'hexagone. Dans la Croix, la ministre de l'Outre-mer, George Pau-Langevin, appelle les Mahorais au calme et à la patience...33 ans, il va en falloir.

On termine avec le foot

Face à face un joueur et un sélectionneur à la Une du Parisien, "La fin du suspense. C'est un joueur difficilement adaptable dans une équipe de France où le collectif primera toujours sur les coups d'éclat et les tentatives de one man show .Où la psychologie de groupe, bâtie patiemment, souffrirait peut-être de son retour, de ses diktats et de ses coups de gueule écrit Libération l Même l'Humanité en fait sa Une photo du joueur, pourquoi il n'ira pas à l'Euro.

Hier, au siège de la Fédération française de football, prise d'assaut par la presse, écrit l'Huma,  Aimé Jacquet, a choisi de ne pas retenir Éric Cantona pour l'Euro. Il y a eu un événement que tout le monde connaît et qu'il ne m'appartient pas de commenter, a expliqué Jacquet. Et j'ai pris la décision de ne pas le sélectionner car entre-temps l'équipe de France a progressé." C'était il y a pile 20 ans en 1996, à l'époque pas de sextape mais un Cantona qui confond football et art martial et sort de 8 mois de suspension. "Il va nous manquer", dit la presse de l'époque, qui note aussi qu'Aimé Jacquet a donné le brassard de capitaine pour cet Euro à un certain Didier Deschamps. 

La France se passera du King Éric pour l'Euro 96, Jacquet prépare déjà le mondial de 98. Et la suite on la connait alors ne préjugeons pas de la décision du capitaine devenu sélectionneur 20 ans plus tard, rappelons qu'en matière d'esprit d'équipe il est allé à bonne école. L'Équipe qui met justement Didier Deschamp en Une ce matin, "un choix fort", titre le journal. Aimé Jacquet n'avait pas eu droit à tant il y a 20 ans !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Karim Benzema Didier Deschamps Euro 2016
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants