1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. En 1996, 210 immigrés, réfugiés dans l'église Saint-Bernard, réclament des papiers d'identité
1 min de lecture

En 1996, 210 immigrés, réfugiés dans l'église Saint-Bernard, réclament des papiers d'identité

LES TRÉSORS RTL - Le Premier ministre Alain Juppé avait finalement demandé l'expulsion des sans-papiers.

En 1996, des manifestations de soutien aux sans-papiers avaient eu lieu devant l'église Saint-Bernard, à Paris.
En 1996, des manifestations de soutien aux sans-papiers avaient eu lieu devant l'église Saint-Bernard, à Paris.
En 1996, 210 immigrés, réfugiés dans l'église Saint-Bernard, réclament des papiers d'identité
03:55
Jean-Alphonse Richard & Ludovic Galtier

Les Trésors RTL vous replongent aujourd'hui en 1996. Ils étaient sept moines trappistes enlevés dans leur monastère de Tibhirine, en Algérie. L'Église prie pour ses frères emportés par la barbarie. L'Église prie aussi depuis dix mois pour les 210 ombres de Saint-Bernard, quartier de la Goutte d'Or à Paris : 210 immigrés qui réclament des papiers d'identité et dont personne ne sait ce qu'ils vont devenir. Dix grévistes de la faim sont dans cette église, devenue le Radeau de la Méduse des sans-papiers. Ils viennent du Mali, Mauritanie, Sénégal, des hommes, des femmes, des enfants : 68 mineurs sont barricadés avec la bénédiction du curé. Ils veulent rester en France.

Saint-Bernard, temple symbolique de la régularisation des immigrés. L'affaire est désormais politique. Le 22 août au soir, le Premier ministre Alain Juppé a tapé sur la table. Le lendemain, à 7h40, des coups de hache font exploser la porte de l'église. L'assaut est déclenché. L'expulsion de Saint-Bernard va durer quatre heures, une matinée de bruit et de fureur, qui va entrer dans l'histoire.

Emmanuelle Béart enchaînée

Peu importe que le Stade de France reçoive ce même jour sa gigantesque toiture, deux ans avant la Coupe du monde, c'est l'église Saint-Bernard qui capte toutes les attentions. 1.500 CRS dans les travées et devant l'église dans les gaz lacrymogènes, règne le chaos. Le curé, le père Henri Coindé, lisait aux 210 sans-papiers le discours de Martin Luther King. L'église avait promis de protéger les sans-papiers, le sanctuaire devait être inviolable. L'archevêque de Paris, Monseigneur Lustiger confie sa surprise sur RTL.

La bousculade sur le parvis, les sans-papiers placés dans des cars de CRS. À l'intérieur, trois célébrités enchaînées pour soutenir le moment, le leader d'extrême gauche Alain Krivine, le cancérologue Léon Schwartzenberg, l'actrice Emmanuelle Béart. C'est fini. Saint-Bernard vient de tomber, sans faire de blessés. Mais dans un vacarme assourdissant. L'église est encore surnommée Notre-Dame des sans-papiers.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/