1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Elles ont lancé "Peach", le magazine d'une bande de filles
4 min de lecture

Elles ont lancé "Peach", le magazine d'une bande de filles

INTERVIEW - L'année dernière, Tifenn-Tiana et Agathe ont lancé un fanzine fait par des femmes. Leur ambition : créer une communauté créative d'artistes féminines à l'échelle internationale.

Tifenn-Tiana & Agathe sont les co-fondatrices de "Peach"
Tifenn-Tiana & Agathe sont les co-fondatrices de "Peach"
Crédit : Gaël Rapon
Arièle Bonte
Arièle Bonte

Des séries photos pour sublimer des corps féminins nus, et parfois crus, des interviews de femmes artistes et engagées et des textes pour parler de soi à la troisième du pluriel... Peach, c'est un peu tout ça à la fois : un fanzine (imprimé, oui), créé par Tifenn-Tiana et Agathe, deux Parisiennes touche-à-tout et dont l'ambition est simple : "Constituer un crew international d’artistes femmes ou toute personne s’identifiant comme femme, incluant les femmes transgenres ou gender fluid", expliquent à Girls les co-fondatrices, amies depuis cinq ans.

Après Babe, de la photographe canadienne Petra Collins, ou le magazine (en ligne et papier) Rookie, lancé par Tavi Gevinson, la France a enfin son propre support. Un format papier, décliné sur les réseaux sociaux pour "donner à chacune la possibilité d’être publiée sans que la question de la notoriété et/ou de la séduction n’intervienne", détaillent Tifenn-Tiana et Agathe. Pour être publiée, le principe est simple puisqu'il suffit de passer par la boîte mail des deux curatrices. "Nous insistons beaucoup sur la notion de bienveillance et de liberté : la boîte mail de Peach est un lieu sûr, dénué de tout jugement."

Après un premier numéro sorti l'année dernière et consacré à la "blank generation" ("la génération vide"), Tifenn-Tiana et Agathe sont sur le point de sortir un deuxième numéro. Au programme : beaucoup de désir. À cette occasion, nous avons souhaité en savoir plus sur ce projet qui donne une visibilité aux femmes artistes d'ici et d'ailleurs.

Girls : Comment est née l’idée de Peach ?
Tifenn-Tiana et Agathe : Peach est né au cœur de l’hiver dernier, dans le contexte historique qu’on lui connait. On était triste, désabusée avec une seule envie transformer ces sentiments en quelque chose de positif ! On s’est rendu compte qu’on était entourée de femmes talentueuses et qu’on adorerait leur donner la part belle, à elles comme à des dizaines d’autres qu’on ne connaissait pas encore.

L’énergie qu’il y a dans une bande de filles est très puissante

Tifenn-Tiana et Agathe, co-fondatrices de Peach
À écouter aussi

Pourquoi le fanzine, le papier ?
Le fanzine pour son indépendance, on n’a aucune contrainte, on publie ce que l’on veut, et comme on veut, cette liberté est importante. C’est aussi un format qui nous est familier culturellement, notamment par la musique. Le papier pour faire face à la dématérialisation de beaucoup de choses, au propre comme au figuré, et surtout parce qu’on adore ça. Cela rejoint aussi une idée de collection qui nous est chère.

Le 1er numéro est dédié à la "blank generation", qu'est-ce que cela veut dire pour vous ? 
Le fil rouge de Peach au delà de la dimension féministe, c’est la musique. On a décidé de donner à nos thèmes le nom de chansons qui nous inspirent. "I belong to the blank generation" c'est d’abord les années 70 et Richard Hell, une référence précieuse. En 2016 le blank, ou le vide est plutôt lié à une perte de sens à différents niveaux de nos existences un peu errantes et instables. Ce thème posait surtout la question de la place de chacune du point de vue générationnel.

Pourquoi avez-vous fait le choix d’exclure les hommes dans votre fanzine ?
Il ne s’agissait pas tant d’exclure les hommes que de laisser le plus de liberté possible aux femmes. Ils nous a semblé clair (par nos propres expériences et celles racontées par nos amies) que l’absence de jugement masculin libérait la production, et offrait aux femmes le moyen de s’exprimer en confiance. L’énergie qu’il y a dans une bande de filles est très puissante et nous avons voulu la retrouver à une échelle plus importante et créative. Et nous le rappelons les hommes ne sont exclu que du processus créatif, ils ne le sont en revanche pas de notre lectorat !

Pourquoi avoir fait le choix d’écrire en anglais ?
Pour être lu partout ! Beaucoup de nos collaboratrices ne sont pas francophones, encore une fois il s’agit d’ouvrir le plus possible.

Le premier numéro est sold out, vous attendiez-vous à un tel succès ?
Pas du tout ! Nos amis ont été hyper enthousiastes et la presse a suivi alors qu’on avait l’impression de faire un truc dans notre coin, c’était une très belle surprise !

Concrètement comment vous avez bossé pour donner naissance à ce premier numéro ?
En amont, une grande partie du travail a été de trouver une direction claire et cohérente. De marier nos idées respectives. On a ensuite fait un appel à soumission via Instagram (nos comptes personnels celui de Peach), puis on a dû faire un choix en fonction de la pertinence par rapport au thème et de la ligne éditoriale, le ton qu’on souhaitait donner. On a ensuite travaillé avec la graphiste Lila Hervy pour construire le zine et voilà !

Les femmes dans les médias sont encore mal représentées

Tifenn-Tiana et Agathe, co-fondatrices de Peach

Quel regard portez-vous sur la représentation des femmes dans les médias français ?
Les femmes dans les médias sont encore mal représentées. Leur présence à l’écran atteint difficilement les 35% et c’est encore pire dans les autres médias dit traditionnels (radio, presse). Ce qui est terrible en plus c’est que la plupart du temps, sans tomber dans la stigmatisation, les femmes même à des postes à responsabilités, sont très souvent ramenées à leur condition de femme - ou pire - à leur apparence physique. La vision est encore assez caricaturale... Pour autant les femmes journalistes en poste sont là et bien là. Après se posent toujours la question de ceux qui occupent les postes décisionnaires et des disparités de salaires.

Quels médias (français ou étrangers) vous inspirent ou dans lesquels vous vous reconnaissez ?
Toilet Paper, Doris, Badlands 777Dazed and ConfusedHoax ou encore Cherry qu'on adore ou dans un genre totalement différent Causette fait un super boulot en France !

Lancement du numéro "Désir" ce jeudi 26 janvier au Centre Commercial, dans le 10ème arrondissement de Paris. Déjà disponible sur le site de Peach (10 euros)

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/