1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Éleveurs en colère : de nouveaux mouvements à prévoir prévient la FNSEA
2 min de lecture

Éleveurs en colère : de nouveaux mouvements à prévoir prévient la FNSEA

Le président de la FNSEA Xavier Beulin a annoncé jeudi que les éleveurs préparaient de "nouveaux mouvements dans les deux ou trois jours qui viennent".

Le président de la FNSEA Xavier Beulin le 21 juillet 2015.
Le président de la FNSEA Xavier Beulin le 21 juillet 2015.
Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
Marine Cluet & AFP

Les manifestations de colère des éleveurs n'est pas prêt de s'arrêter. Au lendemain du plan d'urgence présenté par le gouvernement, le président de la FNSEA Xavier Beulin a annoncé ce jeudi 23 juillet que les éleveurs préparaient de "nouveaux mouvements dans les deux ou trois jours qui viennent" pour protester contre les prix insuffisants de leurs productions.

"J'appelle à la pondération sur le terrain comme nous l'avons fait hier, mais cette colère doit pouvoir s'exprimer", a-t-il justifié au micro d'Europe 1 alors que les abords de Lyon sont bloqués par les tracteurs. Un avis que ne partage pas Manuel Valls, qui espérait que les barrages puissent être levés. "La colère ne permet pas tout" a estimé le Premier ministre ce jeudi sur RTL, "il ne faut pas pénaliser le pays, les gens qui partent en vacances, notre économie", même s'il a dit comprendre "la détresse et le désespoir" des éleveurs.

Le responsable du premier syndicat agricole de France veut se rendre à la rencontre de ses troupes autour de Lyon pour évoquer avec eux les mesures annoncées par le gouvernement la veille. "Je dois leur rendre compte de ce qui a été annoncé hier et puis on va envisager avec eux la sortie de ces mouvements", a-t-il déclaré. "Il est évident que notre message, ça n'est pas d'ennuyer des gens qui partent en vacances", a-t-il poursuivi. "On n'est pas là pour gêner nos concitoyens d'autant qu'en ce moment j'ai plutôt le sentiment qu'ils sont à l'écoute et qu'ils comprennent les difficultés des éleveurs."

Les industriels pointés du doigt

Le responsable du premier syndicat agricole de France a mis en garde contre des actions plus précises, visant les "opérateurs qui ont du mal à jouer le jeu". "Nous allons remettre un peu de pression sur les industriels et sur certaines enseignes qui ont du mal à appliquer les hausses de tarifs", a-t-il prévenu. "Cessons ce jeu de poker menteur auquel nous sommes confrontés depuis pas mal de mois". Le chef du gouvernement a par ailleurs lancé un appel à augmenter les prix dans les filières du bœuf. "Que chacun prenne ses responsabilités, notamment les abatteurs et les industriels".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/