1 min de lecture Éducation nationale

Éducation nationale : l'enseignement de l'arabe vraiment imposé dès le CP ?

FACT CHECKING - Najat Vallaud-Belkacem veut plus de "précocité" dans l'apprentissage langues étrangères et plus de "diversité". Des propos qui ont fait polémique.

>
Éducation nationale : l'enseignement de l'arabe vraiment imposé dès le CP ? Crédit Image : AFP / BERTRAND GUAY | Crédit Média : Cyprien Cini | Durée : | Date :
245300_CINI
Cyprien Cini
et Loïc Farge

La ministre de l'Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a déclaré, mardi 31 mai sur BFM TV : "Nous avons décidé, dans nos réformes éducatives, de faire en sorte qu'on commence plus tôt l'apprentissage des langues vivantes étrangères. C'est ce qui nous conduit, à partir de la rentrée prochaine, à faire commencer la langue vivante 1 dès la classe de CP". Elle a ajouté : "Deuxième point : diversité de l'offre de langues vivantes étrangères".

Pourra-t-on, par exemple, apprendre l'arabe dès le CP ? "Il peut être enseigné dès la classe de CP dès lors qu'on a les moyens humains pour le faire", a-t-elle répondu. Une réponse qui a enflammé les réseaux sociaux, et qui a provoqué le courroux du Front national. Sur Twitter, le maire de Béziers Robert Ménard l'a transformée en "Najat Vallaud-Belkacem encourage l'enseignement de l'arabe dès le CP".

Mieux contrôler les programmes et les enseignants

Toutes ces réactions sont fausses. Non, la ministre ne va pas imposer l'arabe dans cette classe à tous les élèves de France. D'ailleurs sa réforme ne va finalement pas changer grand chose. Aujourd'hui les élèves apprennent une langue vivante dès le CE1 (ce sera dès le CP l'an prochain). Parmi ces langues vivantes, il y a l'anglais, l'espagnol, l'allemand. Il peut aussi y avoir, en fonction des moyens humains des écoles, la possibilité de choisir le portugais, l'italien ou encore l'arabe.

Aujourd'hui, 392 écoles primaires sur les 52.000 qui existent en France proposent déjà l'arabe en langue vivante 1 en CE1. L'arabe est d'ailleurs enseignée comme langue vivante dans vingt-six autres pays. Le seul véritable changement que va impliquer la réforme, c'est le souhait de Najat Vallaud-Belkacem de voir l'Éducation nationale reprendre la main sur le choix des professeurs et les programmes de ces langues vivantes plus rarement enseignées, comme l'arabe, mais aussi le serve, le croate ou le turc. Jusqu'à présent, elles étaient enseignées par des professeurs étrangers ne dépendant pas de l'Éducation nationale mais d'accords internationaux.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem Réforme scolaire
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants