2 min de lecture Éducation nationale

Éducation nationale : "L'avenir c'est gérer l'éducation au niveau local", estime la directrice de l'IFRAP

REPLAY / INVITÉE RTL - À la tête de la fondation pour la recherche sur les administrations et politiques publiques, Agnès Verdier-Molinié dénonce l'égalitarisme de l'État français.

Calvi-245x300 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
Éducation nationale : "L'avenir c'est gérer l'éducation au niveau local", estime la directrice de l'IFRAP Crédit Image : PATRICK KOVARIK / AFP | Crédit Média : Yves Calvi | Durée : | Date : La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi et Ana Boyrie

À l'occasion du séminaire sur la refondation de l'École, à Paris, ce lundi 2 mai, le président de la République François Hollande doit présenter le bilan des réformes de l'École, et devrait en profiter pour officialiser une augmentation de 800 euros, sous forme de prime, pour les professeurs des écoles. Selon Agnès Verdier-Molinié, directrice de la fondation Ifrap, pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques, cette prime n'est pas injustifiée si l'on se place du côté des professeurs

"On sait que les professeurs du premier degré sont mal payés pour plus d'heures", déclare-t-elle, avant d'expliquer que ces derniers donnent 27 heures de cours par semaine pour un salaire mensuel de 2.200 euros, contre 18 heures pour un professeur du second degré, alors rémunéré 2.600 euros. Une différence non négligeable.
 
La directrice de l'Ifrap rejoint l'opinion publique, considérant que cette prime est incontestablement "une mesure électoraliste". Néanmoins, cela permettrait de "se poser la question de cette fameuse refondation de l'École". Cette prime étant adressée à tout le monde, "on est donc toujours dans nos travers français, c'est-à-dire l'égalitarisme", lance la directrice. L'État décide de donner la prime à tout le monde, sans savoir si la personne est absente, si "elle se décarcasse", ou si tout simplement "c'est un bon professeur", dénonce-t-elle.

En France, on fait tout de façon égalitaire

Danielle, ancienne enseignante
Partager la citation

Danielle, ancienne enseignante est favorable à cette prime, mais appelle le gouvernement à regarder les compétences des professeurs. "En France, on fait tout de façon égalitaire", dénonce-t-elle pour insister sur le fait de distinguer "les bons enseignants des mauvais enseignants". Pour cela, Danielle a décidé de distribuer à ses élèves des fiches d'évaluation pour chaque enseignant. Une position de "chef d'établissements, de manager", un mot qu'Agnès Verdier-Molinié refuse d'entendre au sein de l'Éducation nationale

Selon la directrice de l'Ifrap, régionaliser ou départementaliser l'école est la réponse. "L'avenir c'est gérer l'éducation au niveau local". La difficulté étant que "dans l'éducation, on a divisé les responsabilités". Agnès Verdier-Molinié pointe du doigt l'État, "chargé de payer dans sa grande sagesse les professeurs, tout en croyant qu'il peut les évaluer depuis le niveau central". 

À lire aussi
En 2018, les étudiants en herbe utilisent la nouvelle plateforme d'orientation post-baccalauréat, Parcoursup baccalauréat
Parcoursup : comment formuler ses vœux d'études supérieures

Elle rappelle qu'aucun pays n'agit de la sorte. Que ce soit l'Allemagne, la Suède ou encore le Royaume-Uni, "ils ont complètement décentraliser la gestion de l'école", avec une meilleure dynamique. Contrairement à l'Hexagone qui cherche à maintenir ce côté monolithique de l'Éducation nationale centralisée et ce principe permanent de verser une prime à tous, sans se préoccuper de l'absentéisme, soit 17,2 jours d'absence par professeur et par an. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Éducation nationale École Prime
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants