1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. ÉDITO - L'industrie du vin salvatrice de l'économie française
2 min de lecture

ÉDITO - L'industrie du vin salvatrice de l'économie française

Le déficit commercial français en 2021 s'est élevé à 85 milliards d'euros. Ce chiffre désastreux a heureusement été limité par l'industrie du vin, joyau français à protéger.

Photo d'illustration
Photo d'illustration
Crédit : BORIS HORVAT / AFP
Mauvais chiffre pour notre balance commercial, mais heureusement des secteurs s'en sortent... Le vin par exemple
00:03:53
François Lenglet - édité par Théo Putavy

Pour se consoler du désastreux déficit commercial français en 2021 - 85 milliards d'euros - direction Châteauneuf-du-Pape, symbole d'un secteur du vin qui constitue l'un des rares excédents commerciaux français. Faute de vin français vendu à l’étranger, notre déficit aurait approché les 100 milliards. 

Quant à Châteauneuf-du-Pape, près d’Avignon dans le Vaucluse, cette petite ville de quelque 2000 habitants et 320 récoltants de vignoble a reçu la première appellation d’origine contrôlée française, en 1936. Sur les collines, les vignes, comme une armée de petits soldats noirs parfaitement alignés, les bras levés au ciel.  Au pied des sarments, la terre est tapissée de galets jaunes qui ont été naguère charriés par le Rhône. Ces galets emmagasinent la chaleur le jour, et la restituent la nuit, ce qui crée un microclimat. 

Dans le domaine de Sénéchaux, sur près de 26 hectares, on produit 70.000 bouteilles de rouge et 12.000 de blanc. Dans la cave, on voit de gigantesques tonneaux, les foudres, 40 hectolitres, de magnifiques pièces de chêne cerclées de métal et fabriquées dans l’Ouest de la France. 90% de la production part à l’export. Premiers marchés, Royaume-Uni et États-Unis, qui pèsent pour 40% du total. Cette année a été celle du rebond des ventes françaises en Amérique, grâce à la fin de la surtaxe Trump, qui avait renchéri nos produits. Au total, les ventes françaises aux États-Unis, champagnes compris, auront dépassé deux milliards d’euros l’année dernière, un record !

Un business français aux nombreux défis

Depuis plusieurs siècles, les Anglais achètent du Bordeaux. Le succès planétaire – la France est le deuxième producteur mondial derrière l’Italie – n’est arrivé que dans les années 1980, avec les débuts de la mondialisation et l’enrichissement des classes moyennes dans les pays émergents, l’appétit des Japonais, des Chinois, des Russes. 

À écouter aussi

Pour le Châteauneuf-du-Pape, l’un des éléments-clé a été l’engouement du critique américain Robert Parker, qui décernait des notes à tous les vins et appréciait le Châteauneuf. Son influence a été telle qu’il a déclenché ce qu’on appelle la parkérisation des vins, c’est-à-dire leur modification pour plaire au palais américain, avec davantage de boisé, notamment. Sur cette période, le prix des hectares de vignes a littéralement explosé : 600.000 euros pour le Châteauneuf. Un prix élevé, mais bien loin de la folie des Bourgogne, ou les très rares parcelles les plus prestigieuses sont à plusieurs dizaines de millions d’euros l’hectare.  

Pour que le "business" prospère, il faut maintenir une qualité constante, malgré les aléas météorologiques, développer une image de qualité, de laquelle dépend le prix. Le grand vin des Sénéchaux en rouge se vend aux alentours de 45 euros. Il y a l’évolution vers le bio, en renonçant par exemple aux désherbants, au profit des moutons, qui viennent tondre eux-mêmes en pâturage. Et bien sûr le changement climatique. Dans le temps, la récolte de grenache, l’un des cépages de Châteauneuf, se faisait en octobre, elle intervient désormais en septembre, parfois fin août. La sécheresse persistante augmente la mortalité des vignes, qu’il faut remplacer. 

L’alcool dans le vin augmente, il atteint aujourd’hui 15 degrés, c’était 13,5 il y a quelques décennies. Du coup, alors que l’irrigation était interdite, elle est de plus en plus pratiquée. Et l’on réfléchit dans la région à de nouveaux cépages, qui seraient plus résistants face aux nouvelles conditions climatiques.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/