1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. ÉDITO - Comment expliquer la pénurie de main-d'œuvre dans certains secteurs
2 min de lecture

ÉDITO - Comment expliquer la pénurie de main-d'œuvre dans certains secteurs

Depuis la crise sanitaire, de nombreux secteurs peinent à recruter. Et cette pénurie de ressources humaines n'est pas prête de s'arrêter.

La terrasse d'un café à Aix-en-Provence (illustration)
La terrasse d'un café à Aix-en-Provence (illustration)
Crédit : CLEMENT MAHOUDEAU / AFP
Pourquoi le nombre d'emplois non pourvus a doublé depuis la crise sanitaire
03:34
Le nombre d'emplois non pourvus a doublé depuis la crise sanitaire
03:34
François Lenglet

Avec la reprise, la pénurie de ressources humaines s’étend. Avant la crise sanitaire, il y avait déjà environ 300.000 postes non pourvus. Il est tout à fait vraisemblable que ce chiffre ait doublé. Dans le secteur de la restauration, des aides à domicile, de l’informatique, de la construction au sens large et même de l’industrie aéronautique. 44% des Petites ou Moyennes Entreprises (PME) se disent confrontées à des difficultés de recrutement.
 
La plupart des pays ont subi, pendant la crise sanitaire, une forte rétraction de leur population active. En France, sur l’année 2020, on a perdu en moyenne 200.000 personnes. C’est un phénomène classique lors d’une crise, un certain nombre de personnes ne cherchent plus de travail, parce qu’ils pensent qu’ils n’en trouveront pas, d’autant que s’ajoutait cette fois-ci la crainte de la contagion. Et ils reviennent lors de la reprise.

Le nombre de postes non pourvus a doublé

Mais cette fois-ci, la reprise a été tellement forte qu’elle a précédé le retour des découragés. Cela explique en partie les pénuries. Autre facteur, certains sont restés au chômage partiel, alors qu’en période normale, ils auraient été disponibles sur le marché du travail. C’est autant de candidats en moins. Enfin, il y a eu des transferts d’un secteur à l’autre. Près de 200.000 personnes ont quitté l’hôtellerie-restauration, pour d’autres activités. Ca explique le trou dans les restaurants.
 
Les transferts d’un secteur à l’autre ne sont pas tous réversibles. Quand vous avez découvert que vous pouvez avoir vos soirées et vos week-ends, est-ce que vous redevenez serveur en horaire décalé ? Plus largement, c’est l’économiste Daniel Cohen qui me disait cela récemment, l’épidémie et le confinement semblent avoir eu un peu le même effet que mai 1968, sur certaines populations. Elle a fait redécouvrir qu’il n’y avait pas que le travail dans la vie. Du coup, les arbitrages ne sont plus forcément les mêmes : moins d’argent peut-être, mais aussi plus de liberté, avec moins de travail.

Quid des trois millions de chômeurs ?

Si tant de postes sont à pourvoir, pourquoi les trois millions de chômeurs ne les occupent-ils pas ? Si l’on excepte les "faux chômeurs", qui choisissent de ne pas travailler, il y a d’abord un problème de déqualification, pour quelqu’un qui est resté sans emploi longtemps.

Il n’est plus employable sans une aide personnalisée que bon nombre d’entreprises ne peuvent pas fournir. Il y a aussi les freins à la mobilité géographique. Les enfants à l’école vous enracinent dans une ville, et vous empêchent de changer de région pour trouver du travail. Tout comme la question du logement. Chômeurs et emploi non pourvus peuvent donc coexister.

Des pénuries de main d'œuvre à prévoir

À lire aussi

Une tendance de fond très puissante apparaît, c’est le vieillissement démographique, qui se traduit par la diminution du nombre d’actifs. Il y a 25 ans, le nombre d’actif augmentait de 200.000 par an en France. Aujourd’hui, la population au travail est à peu près la même que celle de 2017, il y a 4 ans.

Et un jour le nombre d’actif va diminuer, comme c’est déjà le cas en Allemagne et en Italie. Il va manquer des bras pour faire tourner l’économie de nos pays. Il faudra donc des carrières plus longues. Et aussi de l’automatisation, pour remplacer les hommes manquants par des machines.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/