1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Domenach : "Il ne faut pas évacuer la ZAD de Notre-Dame-des-Landes"
1 min de lecture

Domenach : "Il ne faut pas évacuer la ZAD de Notre-Dame-des-Landes"

BILLET - L'évacuation du site de Notre-Dame-des-Landes semble faire l’unanimité, qu'on décide ou non d'y installer un aéroport. Pourtant, Nicolas Domenach avertit qu'il faudrait y réfléchir à deux fois.

Des opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes
Des opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes
Crédit : JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
Domenach : "Il ne faut pas évacuer la ZAD de Notre-Dame-des-Landes"
03:16
Domenach : "Il ne faut pas évacuer la ZAD de Notre-Dame-des-Landes"
03:14
Nicolas Domenach & Loïc Farge

À la vérité, spontanément, je me disais moi aussi qu'il était temps qu'on mette de l'ordre dans ce désordre, et que le pays avait besoin d'une démonstration d'autorité qui a été si incertaine par le passé. Il y avait trop de zones de non-droit, et il fallait commencer par reprendre celle-là, les autres devant suivre.

Seulement, vous savez que cette chronique s'appelle "On n'est pas forcément d'accord". J'ai pensé que je n'étais pas d'accord avec moi-même, et qu'il pourrait être judicieux de ne pas évacuer cette ZAD de Notre-Dame-des-Landes. Ou tout au moins d'y réfléchir.

D'abord parce que ça ne sera pas une partie de plaisir. Notre-Dames-des-Landes, ce n'est certes pas le Vietnam. Mais intervenir lourdement présente des risques de pertes humaines. Ou simplement de ridicule, comme on l'a vu en 2012 avec cette démonstration de force casquée (l'opération César, qui avait fini Pompée). La récidive pourrait se révéler pire, surtout si l'on donne raison sur le fond aux occupants en ne construisant pas de nouvel aéroport.

Voir s'envoler les réflexions mal conduites

Bref, il vaudrait mieux conserver la ZAD. Pour en faire un symbole, un témoignage vivant de tout ce qu'il ne faut pas faire, de toutes les inconstance et lâchetés de gauche comme de droite.

On irait le dimanche à Notre-Dame-des-Landes voire s'envoler non pas les avions pour tous les pays, mais les promesses non tenues, les consultations et les jugements ignorés, les informations faussées. Et surtout les réflexions mal conduites.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Car si ce projet n'a pas été mené à bien, ce n'est pas seulement à cause de défaillances politiques. C'est aussi parce qu'on n'a pas réfléchi vraiment, et tranché en conséquence, sur la société de progrès que nous souhaitons.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/