3 min de lecture Société

Doit-on donner aux animaux un vrai statut juridique ?

La fondation 30 Millions d’amis, qui a lancé une pétition visant à faire évoluer le statut juridique des animaux, souhaite qu'aux côtés des personnes physiques et morales, apparaissent des "personnes animale" dans la loi.

tortue- La minute verte Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Doit-on donner aux animaux un vrai statut juridique ? Crédit Image : John Price / Unsplash | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin

Doit-on donner aux animaux un vrai statut juridique ? Une pétition initiée par la fondation 30 Millions d’amis a déjà recueilli plus de 140.000 signatures. Une cause à laquelle sont sensibles de plus en plus de Français et qui a même des conséquences électorales.

Il s’agirait de donner aux animaux domestiques, le statut de "personne animale". Alors attention, le terme "personne animale" ne veut pas dire les mêmes droits pour les êtres humains et les animaux. Un chat ne pourra toujours pas créer son usine de croquette, un homme devra s’abstenir de régurgiter des boules de poils.

Depuis 2015, l’article 515-14 du Code civil reconnait l’animal comme un être vivant doué de sensibilité et non plus comme un bien meuble. On connait depuis longtemps la sensibilité des animaux, quand on regarde un chien dans les yeux on a l’impression qu’il est toujours en train de se dire : "mais pourquoi il me parle comme un débile ?". Rien que pour ça, ils ont droit à plus d’égard.

Mais concrètement que changerait ce nouveau statut ? Si la cruauté envers un animal domestique peut être punie de deux ans de prison et de 30.000 euros d’amende, ce statut de "personne animale" permettrait de cadrer un peu plus. Cela pourrait s’appliquer à l'interdiction des expérimentations, ou comme l’explique le délégué général de 30 Millions d’amis dans Libération à "un droit à la liberté pour les animaux du cirque".

À lire aussi
Édouard Philippe, à l'Assemblée nationale, le 14 mai 2019 grève
Retraites : Édouard Philippe ne fera "pas d'annonces magiques"

Ça réglerait également les problèmes d’héritage. Aujourd’hui, en France, on ne peut pas léguer sa fortune à son chien, son chat ou son python. Avec ce statut, on pourrait le faire, dans une bonne ambiance familiale quand les enfants apprennent que la maison en Sologne revient à Maxell le cochon d’Inde.

Souci : certains se demandent si des associations radicales de défense des animaux ne pourrait s’emparer de ce statut pour judiciariser leurs combats, notamment contre l’élevage intensif que certains considèrent comme de la torture.

Les Français de plus en plus sensibles à ces questions

La question animale mobilise de plus en plus de Français, même dans les urnes. Pour demander ce statut, la fondation 30 millions d’amis s’est basée sur un sondage Ifop démontrant que 7 Français sur 10 souhaiterait un statut de "personne animale" dans le code civil afin de mieux protéger les animaux.

Un chiffre conséquent qui montre bien l’intérêt de nos concitoyens pour ce sujet. L’association L214 et ses vidéos chocs est régulièrement soutenue et le parti animaliste à recueillit 2,2% des voix aux élections européennes ; presque autant que le PCF. Prochaine objectif les municipales. La cause animal devient la cause du genre humain et ça ne fait que commencer.

Le plus : l'Espagne se propose pour la COP 25

Après l’annulation par le Chili, la COP 25 pourrait se dérouler à Madrid, ou ailleurs.
On aime être précis. La conférence de l’ONU pour le climat ne peut pas se tenir à Santiago du Chili à cause des troubles sociaux, l’Espagne propose donc son aide pour que se tienne la COP 25 entre le 2 et 13 décembre. Sauf qu'en Espagne, des élections législatives ont lieu le 10 novembre. Un scrutin qui ne promet pas de dégager une majorité claire donc un peu de confusion.

Cette COP pourrait donc se tenir à Bonn en Allemagne où se trouve le campus des Nations unies. Mais il faudrait penser à prévenir les Allemands car 25.000 personnes sont inscrites pour cette COP. Et dire qu'elle devait initialement se tenir au Brésil, un tour du monde. 

La note : 5/20 à la Suisse et sa mauvaise politique climatique

Ce sont les fameuses banques Suisse qui plombent le bilan de la confrérie Helvétique, selon l’ONU, avec leurs investissements massif dans le pétrole ou le gaz, que des énergies fossiles. De plus cet engouement financier suisse provoque un trafic aérien important et 10% des émissions totales du pays proviennent des avions. La Suisse l’autre pays de la pollution.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Animaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants