4 min de lecture Droits des femmes

Diplomatie féministe, avortement et émojis non genrés : 6 infos à retenir cette semaine

PLANÈTE ÉGALITÉ - Cette semaine, la France a accueilli une nouvelle fois le Conseil consultatif pour l'égalité du G7 pour promouvoir une "diplomatie féministe" à l'échelle internationale, tandis qu'aux États-Unis et en Géorgie, une loi interdit l'avortement au-delà de 6 semaines.

Marlène Schiappa à Paris le 9 mai 2019
Marlène Schiappa à Paris le 9 mai 2019 Crédit : Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Arièle Bonte
Arièle Bonte
Journaliste

L'égalité entre les femmes et les hommes et les droits des femmes sont de plus en plus sur le devant de la scène médiatique. Chaque semaine, des annonces sont faites en France comme à l'étranger, des femmes s'expriment sur des problématiques essentielles et des discriminations qu'elles subissent en raison de leur genre, tandis que des initiatives en faveur des femmes sont lancées à l'échelle locale et internationale.

C'est pour suivre l'ensemble de ces faits et de ces actions que nous avons lancé ce nouveau format hebdomadaire : un article qui rassemble en un clin d’œil les principaux faits d'actualité à retenir des sept derniers jours.

Des débats de société aux dernières polémiques en passant par les messages inspirants portés par des personnalités engagées, retrouvez sans plus tarder ce qui a rythmé l'actualité. 

1. La France travaille à sa "diplomatie féministe"

En prévision du prochain G7 qui aura lieu du 25 et 27 août à Biarritz, la France continue de défendre sa "diplomatie féministe". À Paris, Marlène Schiappa, secrétaire d'État en charge de l'égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, a une nouvelle fois de plus convié, ce jeudi 9 et vendredi 10 mai, le Conseil consultatif pour l'égalité entre les femmes et les hommes, groupe de travail composé d'une trentaine de personnalités (dont Emma Watson, les prix Nobel Denis Mukwege et Nadia Murad ou encore la militante Femen Inna Shevchenko), pour réfléchir sur des propositions concrètes à présenter au prochain G7. 

À lire aussi
actu
Ecriture inclusive: ce qui se joue à l'école

Marlène Schiappa a annoncé à l'Assemblée nationale, mardi 7 mai, que le Conseil consultatif "va présenter aux États du G7 et aux pays invités un bouquet législatif commun qui est un benchmark mondial de toutes les meilleures lois pour l'égalité entre les femmes et les hommes", rapporte Challenges. Le conseil a choisi de se concentrer sur trois thématiques : l'éducation, l'entrepreneuriat et la lutte contre le harcèlement en ligne. 

2. Les féminicides : un fléau qui s'intensifie en France

51 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint depuis le début de l'année. Ce chiffre glaçant, a été brandi par le collectif "Féminicides par compagnons ou ex" afin d'interpeller le gouvernement et de l'appeler à mettre en place "des mesures efficaces et dissuasives pour traiter ces violences de genre".

La veille, la garde des sceaux Nicole Belloubet a annoncé qu'elle s’apprêtait à publier une circulaire. Objectif : mobiliser parquets et juges aux affaires familiales sur les violences faites aux femmes, rapporte Le Figaro

3. Aux États-Unis, la législation sur l'avortement se durcit de plus en plus

En Géorgie, une nouvelle loi a été adoptée mardi 7 mai pour interdire l'avortement au-delà de 6 semaines de grossesse. Le texte a été signé par le gouverneur républicain Brian Kemp et doit entrer en vigueur en janvier 2020. Cette décision de l'État de Géorgie a créé une vague d'indignation chez les militants et militantes pour les droits des femmes. Car à 6 semaines, de nombreuses femmes ne savent pas encore qu'elles sont enceintes. La plus jeune élue du Congrès, Alexandria Ocasio-Cortez, s'est insurgée sur Twitter. "La plupart des hommes qui écrivent ces lois ne savent pas ce qu'il faut au corps d'une femme en dehors de ce qu'ils en veulent. (...) Cette loi ne prend pas compte la biologie fondamentale". Des exceptions seront considérées pour, par exemple, les victimes d'inceste ou de viol.

4. Une pub sexiste allemande fait polémique

Une publicité diffusée sur une chaîne allemande montrant des pères commettre des maladresses dans leur vie quotidienne (comme donner à manger, aller aux toilettes) se termine sur la voix d'une petite fille disant : "Merci maman de ne pas être papa". Depuis sa publication sur YouTube dimanche 5 mai, avant la Fête des mères du 12 mai, la publicité a reçu de nombreux retours négatifs, certains appelant même au boycott de la marque en question. En cause : cette publicité donne selon ses détracteurs une image sexiste de la mère et de la famille en général.  

5. Des émojis non genrés pour lutter contre les stéréotypes

Le combat pour une meilleure représentation des personnes qui se situent sur le spectre du genre en-dehors de la binarité masculin-féminin se poursuit sur le terrain des émojis. Le 5 mai dernier, Google a en effet annoncé une nouvelle série de 53 émojis non-genrés, c'est-à-dire ni masculin ni féminin. "Ce n’est pas un troisième genre ou des emojis asexués mais quelque chose de plus inclusif", a tenu à préciser Jennifer Daniel, designer chez Google, rapporte Ouest France. La mise à jour est d'abord disponible sur les smartphones Pixel avant de s'étendre, plus tard, à l'ensemble des smartphones fonctionnant avec Android, a révélé le site Fast Company

6. Un photographe rend hommage aux poils des femmes

C'est une série de photos que vous avez peut-être vu passer récemment sur les réseaux sociaux et notamment Instagram. Le photographe londonien Ben Hopper a décidé de rendre hommage à la "beauté naturelle" des femmes. Le projet n'est pas récent mais date en fait de 2014. Le photographe a décidé de partager à nouveau son travail sur Instagram et le contenu a été largement repris, montrant alors que si l'initiative n'est pas nouvelle, les stéréotypes et canons de beauté ont encore besoin d'être déconstruits, notamment sur ce réseau social, maître de l'image et dans l'art de la mise en scène de soi. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Droits des femmes Égalité hommes-femmes
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants