1 min de lecture Assemblée nationale

Dijon, Orléans, Metz... La France compte désormais vingt-deux métropoles

L'Assemblée nationale a attribué ce statut à sept nouvelles villes, malgré la réticence du ministre des Collectivités territoriales.

La ville de Metz photographiée le 6 février 2012
La ville de Metz photographiée le 6 février 2012 Crédit : JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin
Journaliste

Dijon, Orléans, Saint-Étienne, Toulon, Clermont-Ferrand, Metz et Tours sont les heureuses élues. Non, il n'est pas question ici de concours de Miss - plus que jamais d'actualité avec l'élection de la nouvelle Miss France samedi 17 décembre - mais des sept nouvelles métropoles de l'Hexagone. Elles ont été désignées ainsi, pour la première fois, jeudi 15 décembre, lors de l’examen par les députés du projet de loi sur le statut de Paris et l’aménagement métropolitain, comme le fait remarquer Le Monde.

Jean-Michel Baylet, ministre des Collectivités territoriales, souhaitait pourtant que le nombre des métropoles françaises reste cantonné aux quinze villes possédant déjà ce statut. "On va finir par avoir plus de métropoles que le monde entier" s'agaçait-il en août dans Le Monde. Or, depuis janvier 2014, un article sur l'assouplissement des critères d’accession au statut de métropole permet à de nouvelles agglomérations de prétendre à ce titre, pour le plus grand bonheur des élus demandeurs, toutes familles politiques confondues. "J’étais hostile à l’augmentation du nombre de métropoles. Mais voir des parlementaires, de droite et de gauche, la main dans la main, venir plaider avec talent, avec conviction, avec flamme, le dossier de leur territoire m’a fait changer d’avis", a affirmé le ministre.

Les négociations durent depuis des mois. Les élus de Tours, Metz, Dijon, Orléans, Saint-Étienne, Toulon et Clermont-Ferrand ont été reçus "à plusieurs reprises" par le président de la République, le premier ministre ou par Jean-Michel Baylet lui-même, selon Le Monde. Cette appétence pour le titre de métropole s'est fait plus forte depuis la réforme territoriale, certaines villes craignant de perdre en attractivité. Désormais, la région Auvergne-Rhône-Alpes peut se targuer d'avoir quatre métropoles : Lyon, Grenoble, Clermont-Ferrand et Saint-Étienne. Le Centre-Val-de-Loire en a désormais deux, avec Orléans et Tours. Cela suscite l'envie d'autres villes de France comme Amiens et Limoges qui, selon Le Monde, se sont déjà déclarées candidates.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Assemblée nationale Société France
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants