1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Des peluches en vraie fourrure irritent les défenseurs des animaux
1 min de lecture

Des peluches en vraie fourrure irritent les défenseurs des animaux

Une entreprise française qui vend des peluches en véritable fourrure suscite la polémique chez ses détracteurs, qui ont lancé une pétition en ligne.

Des jouets en peluche dans un magasin de jouets
Des jouets en peluche dans un magasin de jouets
Crédit : SIPA
Des peluches en vraie fourrure irritent les défenseurs des animaux
01:52
Des peluches en vraie fourrure irritent les défenseurs des animaux
01:54
Virginie Garin

Des jolis nounours ou des lapins en peluche faits avec de la vraie fourrure, c'est vrai que c'est assez dérangeant. Ce sont des fourrures de luxe, très jolies. Les prix vont de 800 à 1.800 euros quand même. Ils sont faits avec de la vraie fourrure de ragondin, de lapin ou de vison. Les museaux sont en peau de crocodile. Après tout, on tue des vaches pour les manger ou en faire des chaussures. Mais là quand même ! Vous avez aussi le bijou pour sac : un magnifique pendentif en vison pour 400 euros.

Une pratique jugée scandaleuse par plusieurs associations. Tuer des animaux pour en faire de jouets, ça leur semble abjecte. "Comment offrir à ses enfants des animaux morts ?", explique la présidente de la Fondation 30 millions d'amis. Sur le site du fabricant Histoires de bêtes, la pub est assez provocatrice. Il y a déjà le slogan : "Des peluches d’exception avec un supplément d’âme et de douceur".

"Menaces de mort"

Ensuite, l'entreprise explique à tout ceux qui sont contre la fourrure qu'elle comprend leur point de vue, mais qu'elle n'est pas d'accord. Les peluches en fourrure synthétique, dit-elle, "ça vient du pétrole". Elle préfère croire aux matières naturelles, "ça a plus de sens". Les associations de défense des animaux appellent au boycott. Leurs pétitions sur Internet ont déjà récolté 10.000 signatures.

Là où l'histoire finit par déraper, c'est que la fondatrice de l'entreprise dit avoir reçu des "menaces de mort". Donc d'un côté vous avez une entreprise qui utilise de la fourrure arrachée à des cadavres de vrais lapins pour en faire des nounours ; de l'autre, des militants qui envoient des injures et des menaces. L'homme est souvent plus bête que l'animal.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/