1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Déjections, mégots, poubelles... Cannes se dote d'une police anti-incivilités
2 min de lecture

Déjections, mégots, poubelles... Cannes se dote d'une police anti-incivilités

REPLAY - Cette police verte a pour but de "lutter contre l'incivisme en général, les nuisances esthétiques, olfactives et sonores".

La croisette à la veille du lancement du festival de Cannes
La croisette à la veille du lancement du festival de Cannes
À Cannes, des policiers de l'environnement sanctionnent les mauvais comportements
00:01:01
Julien Fautrat & Valentin Chatelier

À Cannes, ces policiers vêtus en vert peuvent surprendre, pour les Français comme pour les touristes. Ces policiers municipaux de l'environnement, luttant contre l'incivisme et les nuisances dans la ville, sont à ce jour 30 répartis dans toute la ville : 15 agents pour la verbalisation, 15 médiateurs pour la prévention et l'information.

Au cours de leurs patrouilles, les agents n'hésitent pas à verbaliser. Tom par exemple, qui a jeté sa cigarette par terre, écope d'une amende de 68 euros - s'il paye immédiatement - sinon ce sera 180 euros. Les étrangers en visite dans la ville peuvent également tomber de haut. "On est étranger, on savait pas", se défend cette touriste allemande qui n'a pas tenu son chien en laisse. "Je paye pas, mon chien est bien dressé. Je comprend pas, c'est nul", lance-t-elle à l'agent de la police municipale de l'environnement.

On se doit d'être au niveau des gens qu'on accueille, et des Cannois aussi

Yves Daros, directeur de la police municipale de Cannes

Le directeur de la police municipale de Cannes s'explique sur ce dispositif. "Cannes est une ville connue dans le monde entier. On se doit d'être au niveau des gens qu'on accueille, et des Cannois aussi", résume Yves Daros.

Des policiers qui ont néanmoins un impact limité par certaines contraintes. Comme ils n'ont pas le pouvoir de demander une pièce d'identité aux personnes ayant commis une infraction, certains donnent une fausse identité. Tom, verbalisé pour sa cigarette jetée par terre, n'a pas donné son vrai prénom. "Je la paierai pas, pas de carte d'identité, faux nom. Je vais en refumer une plus loin", s'amuse-t-il. Une limite qui rappelle la volonté de Valérie Pécresse de rendre la carte d'identité obligatoire dans les transports en commun.

Placée sous l'autorité directe du coordinateur de la sécurité urbaine, l'unité spécialisée verbalise de multiples infractions. Tapage nocturne, qui vaut 450 euros d'amende, 11 euros pour une déjection canine non ramassée, ou encore de 150 à 1.500 euros pour des encombrants et sacs d'ordures ménagères sur la voie publique. Tout cela pour mener à bien les trois grandes priorités de cette police verte : la lutte pour la propreté urbaine, contre les nuisances sonores, et pour la préservation des espaces naturels.

Sondage
Propreté en ville : faut-il traquer et punir plus les incivilités ?*
La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire