1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Déchets : et si nos poubelles étaient taxées au poids ?
1 min de lecture

Déchets : et si nos poubelles étaient taxées au poids ?

De plus en plus de communes mettent en place une tarification qui incite leurs habitants à mieux trier. Et visiblement, ça marche.

Photo de poubelles (illustration)
Photo de poubelles (illustration)
Crédit : JOEL ROBINE / AFP
Déchets : et si nous poubelles étaient taxées au poids ?
01:49
Virginie Garin & Loïc Farge

Cinq millions de Français le font déjà. Ils paient leur redevance sur les poubelles en fonction de leurs efforts : moins ils mettent de sacs devant chez eux, moins ils sont taxés. Dans les 180 collectivités qui ont mis en place cette tarification incitative, le volume des poubelles ramassées baisse de 9% en moyenne. Dans certaines, le nombre de sacs est même divisé par deux, selon l'Agence de l'environnement (Ademe). 

En revanche, le volume de déchets triés et récupérés (le verre, le carton, les plastiques...) augmente d'autant. Car sur ces sacs-là, les habitants ne sont pas taxés. Avec cette matière première qu'elles récupèrent, les communes gagnent de l'argent. Elles la revendent, et ça fait baisser leur budget consacré aux déchets.

Certaines font payer au nombre de sacs, ou au nombre de ramassage par semaine ; d'autres au poids, comme à Besançon. Dans cette ville, une famille qui se met à bien trier et à réduire ses poubelles classiques d'un tiers, va faire 80 euros d'économie par an. 

Encore des freins en milieu urbain

Là ou c'est compliqué, c'est dans les immeubles. À Besançon justement, le calcul se fait par cage d'escalier. Il faut être solidaire de ses voisins. Pour savoir si les poubelles viennent bien des appartements de telle cette cage d'escalier, les gens ont des badges qui les identifient pour ouvrir le local à poubelle.

À lire aussi

Les systèmes les plus efficaces en milieu urbain sont encore à inventer. Et il le faudra, car la loi de Transition énergétique a prévu d'aller vers une généralisation de ces taxes au poids ou au volume. En 2020, 15 millions de Français seront concernés ; et la moitié du pays, en 2025.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/