2 min de lecture Simone Veil

Décès de Simone Veil : "Une femme meurt toutes les 9 minutes après un avortement clandestin"

INVITÉE RTL - Véronique Séhier, co-présidente du Planning familial, poursuit le combat de Simone Veil pour l'accès de toutes les femmes à l'avortement.

micro générique L'invité RTL du week-end Stéphane Carpentier iTunes RSS
>
Décès de Simone Veil : "Une femme meurt toutes les 9 minutes après un avortement clandestin" Crédit Image : PUECH MICHEL/SIPA | Crédit Média : Bernard Poirette | Date :
La page de l'émission
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
et Bernard Poirette

Au lendemain du décès de Simone Veil à l'age de 89 ans, les hommages se multiplient à travers tout le pays. Invitée de RTL, Véronique Séhier, co-présidente du Planning familial, se montre reconnaissante. "On lui doit d'avoir légalisé l'avortement, qui était une première étape pour la liberté des femmes."

En 1975, année de la promulgation de la loi autorisant l'interruption volontaire de grossesse, on dénombrait 300.000 avortements clandestins chaque année. "Ce qui est certain, c'est que des femmes sont décédées, des femmes ont été mutilées à vie pour des avortements qui se déroulaient sur des tables de cuisine dans des conditions dramatiques ou qui se terminaient dans des hôpitaux où les femmes étaient considérées comme des moins que rien parce qu'elles avaient fait un avortement clandestin."

Selon Véronique Séhier, le leitmotiv de Simone Veil était "d'écouter les femmes". "Il suffit d'écouter les femmes, c'est ce que l'on fait au Planning tous les jours. Ce que les femmes ont à nous raconter, ce sont à chaque fois des histoires singulières. C'est à elles de décider si oui ou non elles veulent poursuivre une grossesse qu'elle n'ont pas voulue. On sait que dans tous les pays où l'avortement est interdit, les femmes avortent dans de bonnes ou mauvaises conditions. Aujourd'hui, dans le monde, une femme meurt toutes les neuf minutes à la suite d'un avortement clandestin."

218.000 avortements en France chaque année

En France, on compte en moyenne 218.000 avortements par an. "Un chiffre très stable depuis des années." Pour la co-présidente du Planning familial, l'enjeu n'est pas de faire baisser le nombre d'avortements mais de l'ouvrir à tous. "En Italie, près de 80% des médecins, qui font valoir leur clause de conscience, refusent de pratiquer l'avortement. Beaucoup de femmes italiennes se rendent donc dans des cliniques privées, qui leur font payer le prix fort, ou vont à l'étranger", constate-t-elle.

À lire aussi
Nicolas Sarkozy et François Bayrou, le 22 juin 2010 Nicolas Sarkozy
Égratigné par Sarkozy dans son livre, Bayrou lui répond en citant Chirac

Et de conclure : "Une des évolutions à prévoir est la suppression de cette clause de conscience et de faire en sorte que dans tous les hôpitaux, les femmes puissent avoir accès à l'avortement dans des structures de proximité."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Simone Veil Droits des femmes Avortement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants