2 min de lecture Décès

Décès de Bernard Dargols, seul Français à avoir débarqué avec les GI en 1944

Hospitalisé depuis plusieurs semaines, Bernard Dargols s’est éteint dimanche 28 avril à l'âge de 98 ans. Il laisse derrière lui un incroyable témoignage pour les générations futures.

Deux photos de Bernard Dargols, d'hier et d'aujourd'hui
Deux photos de Bernard Dargols, d'hier et d'aujourd'hui Crédit : DR
fred veille
Frédéric Veille édité par Gregory Fortune

L'incroyable histoire de Bernard Dargols débute en 1938 lorsqu’à 18 ans, son père, chef d’entreprise d’origine russe, l’envoie aux États-Unis afin d’y effectuer un stage dans une usine de machines à coudre industrielles. Le jeune homme quitte alors la vie parisienne, la rue des Francs-Bourgeois et se retrouve à New York. 

Mais une fois sur place et voyant que sa famille restée en France est menacée par les lois antisémites, il devient résistant et cofonde l’association "La jeunesse française libre". Pensant un temps rejoindre les Forces françaises libres du général de Gaulle, il décide finalement de s’engager dans l’armée américaine, l'US Army, qui voit en lui un bel atout pour préparer la bataille : il est volontaire, connaît la France et parle sa langue. 

Le jeune Dargols est donc affecté au renseignement militaire et part débuter sa formation dans un lieu secret, baptisé Camp Ritchie, près de Washington, où en avril 1943 il fait le choix de prendre la nationalité américaine. C’est au Pays de Galles que son unité préparera le Jour J, le "Frenchie" en profitant pour former quelques GI en leur enseignant quelques mots de français et leur expliquant ce qui les attend de l’autre côté de la Manche. 

À Omaha Beach le 8 juin 1944

Bernard Dargols débarque à Omaha Beach le 8 juin 1944. Lorsqu’il arrive avec les hommes de la 2e division d'infanterie US sur la plage de Saint-Laurent-sur-Mer, il découvre au volant de sa Jeep qu’il a baptisée "Bastille", l’horreur et les corps des milliers de GI tombés sur le sol français deux jours plus tôt.

À lire aussi
La ville de Marseille dans les Bouches-du-Rhône faits divers
Marseille : un homme décède dans une fusillade, 5 autres sont blessés

"Lorsque j’ai effectué les derniers cent mètres sur la plage, c’était terrible", avait-il encore récemment confié à RTL. "Ça bombardait de toute part, mais ce n’était pas les Allemands mais les Alliés qui facilitaient notre avancée au détriment des civils". Les jours qui suivront, Bernard Dargols participe à la libération de la France et retourne aux États-Unis en 1946 pour y être démobilisé. Il a fait partie des rares Français à avoir débarqué en Normandie.

75e anniversaire du débarquement

"Quand j’ai débarqué, cela faisait deux ans que je n’avais pas revu la France. Je me souviens que les premiers habitants que j’ai croisés étaient surpris de voir un soldat américain parler avec l’accent titi parisien". Bernard Dargols s’est éteint à quelques semaines des commémorations du 75e anniversaire du débarquement. Jusqu’à encore très récemment, il ne cessait de témoigner auprès des jeunes générations "pour ne jamais que ça recommence et pour que les jeunes se révoltent contre l'antisémitisme et le négationnisme".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Décès Seconde Guerre mondiale
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants