1 min de lecture Terrorisme

Débordée après les attentats, une entreprise de sécurité redoute les infiltrations de terroristes

À l'instar de Securitas France, "submergé de demandes", les entreprises de sécurité sont des cibles idéales pour les terroristes. Elles doivent redoubler de vigilance dans leur recrutement.

SEBASTIEN NOGIER / AFP
SEBASTIEN NOGIER / AFP
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin
Journaliste

Les entreprises de sécurité sont sur le qui-vive. Securitas, société de maintien de la sécurité qui emploie 16.000 agents sur le territoire français, est largement sollicitée depuis les attentats qui ont frappé Paris et son agglomération, vendredi 13 décembre. Mais pour son PDG, Michel Mathieu, le recrutement d'agents supplémentaires a nécessité des mesures inédites.

Pour gonfler ses rangs et parvenir à une capacité maximale de production, la société a produit 800 agents supplémentaires. Hors de question cependant de recruter des agents n'ayant jamais travaillé avec l'entreprise. Cette mesure particulière répond à un risque d'infiltration de terroristes. "Nous avons les clés de TF1", donne en exemple le patron de Securitas, pour expliquer que son entreprise, qui couvre la sécurité de nombreux "sites sensibles", ne peut recruter des personnes strictement étrangères à ses services. 

"Tout recrutement dans l'urgence est strictement interdit", stipule ainsi un communiqué publié sur le site de l'entreprise. "Dans les minutes qui ont suivi les attentats du 13 novembre, dans la nuit, le samedi et le dimanche qui ont suivi, on était absolument submergés de demandes et ce flux a continué jusqu'au mardi, voire jusqu'au mercredi", a déclaré le patron de Securitas France.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Sécurité Entreprises
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants