2 min de lecture Débarquement de Normandie

75e anniversaire du Débarquement : Sainte-Mère-Église, théâtre de l’arrivée des parachutistes

LES LIEUX MYTHIQUES DU DÉBARQUEMENT (1/5) - Sainte-Mère-Église fut l’une des premières communes libérées en France en 1944. Mais à quel prix ?

>
Débarquement : Sainte-Mère-Église, théâtre de l'arrivée des parachutistes Crédit Image : Frédéric Veille | Crédit Média : RTL | Date :
fred veille
Frédéric Veille édité par Simon Dujardin

5 juin 1944. 23h. C’est le couvre feu. Sainte-Mère-Église s’apprête à vivre une nuit pas ordinaire. Alors que dans le ciel, le vrombissement des avions est de plus en plus fort, une maison s’embrase sur la place du village. Le maire, les pompiers mais aussi quelques civils réquisitionnés par les Allemands forment une chaîne humaine pour circonscrire l’incendie. 

"À 0h30, ils lèvent les yeux au ciel et aperçoivent les premiers Américains largués au dessus de la péninsule du Cotentin, explique Magali Mallet, directrice de l’Airborne Museum. À 1h15 un groupe de parachutiste de la F Company du 505e régiment d'infanterie arrive sur la place du village. Les Allemands ouvrent le feu. Une grande majorité meurent avant d'avoir touché le sol, certains finissent pendus dans les arbres, l’un d’eux péri dans le brasier."

Seuls huit d’entre eux survivent. Les autres, Henri-Jean Renaud, 10 ans à l’époque, les découvre aux premières lueurs du jour en se rendant sur la place du village en compagnie de son père, le maire Alexandre Renaud. "Il y avait un parachutiste dont le parachute était pris dans les hautes branches. Il avait les pieds à hauteur de mon nez. C’était la première fois que je voyais un mort. Mais au bout d’une demi heure, on a commencé à entendre les premières ripostes allemandes. Alors, les Américains nous ont fait signe de dégager".

Les obus tombaient, c’était la guerre mais on était libéré

Andrée
Partager la citation

Très vite les combats reprennent au village. Andrée, 19 ans et enceinte de son premier enfant à l'époque, vivait dans une ferme à cinq kilomètres de Sainte-Mère-Église. "Des obus tombaient sur le village, alors on a eu une centaine de réfugiés à la ferme, se souvient-elle. On nous envoyait les blessés civils. On était pris par l’action, si bien qu’on n'avait plus peur de rien. Les obus tombaient, c’était la guerre mais on était libéré".

À lire aussi
Jean Morel (à droite) avec deux autres vétérans du commando Kieffer, René Rossey et Léon Gautier, le 5 mai 2017. D-day
Mort de Jean Morel, l'un des derniers vétérans du commando Kieffer

Sainte-Mère-Église fut effectivement l’une des premières communes libérées en France. Mais à quel prix ? Jean Quettier, le maire actuel de la commune normande aime rappeler : "À Sainte-Mère-Église, il y a eu 14.797 soldats enterrés dans les trois cimetières provisoires. Quel prix humain faut-il payer pour se débarrasser d’une idéologie aussi oppressante que le nazisme ? Est-ce qu’on saura regarder ça pour ne pas retomber dans le même travers ? C’est quand même une question que je me pose souvent. Sainte-Mère-Église fut libérée après 40 heures de combats.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Débarquement de Normandie Seconde Guerre mondiale Histoire
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants