1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Débarquement de Normandie : rencontre avec un héros américain du 6 juin 1944
1 min de lecture

Débarquement de Normandie : rencontre avec un héros américain du 6 juin 1944

À 94 ans, Walter Hurd va recevoir mercredi 5 juin la Légion d’Honneur en Normandie. Pour RTL, il raconte ses souvenirs du Débarquement le 6 juin 1944.

Walter Hurd, héros américain du Débarquement de Normandie, ici en Pennsylvanie.
Walter Hurd, héros américain du Débarquement de Normandie, ici en Pennsylvanie.
Crédit : Philippe Corbé / RTL
Débarquement de Normandie : rencontre avec un héros américain du 6 juin 1944
03:20
Rencontre avec un vétéranDébarquement de Normandie : rencontre avec un héros américain du 6 juin 1944américain du Débarquement
03:21
Philippe Corbé - édité par

Malgré son allure frêle, il a l’esprit très clair. Pendant une heure, Walter Hurd a raconté à RTL ses souvenirs. Il est l’un des premiers à avoir foulé le sol de France aux premières heures du 6 juin 1944 : il a été parachuté près de Sainte-Mère-Église.

"On ne savait pas où on sautait. Il faisait sombre. C’était en dehors de la ville, quelque part dans les champs. Je me souviens d’avoir remonté les rues de Sainte-Mère-Église. J’étais terrifié", se souvient-il. 

D'après lui, son expérience en tant que garçon de ferme en Pennsylvanie aux États-Unis lui a permis de "survivre à la guerre" : "Je connaissais les bois. Je savais écouter. Si vous entendez des tirs, vous savez que les Allemands sont pas loin. Vous leur tirez dessus, ou ils vous tirent dessus".

Walter Hurd dit se souvenir particulièrement des odeurs sur le champ de bataille. "Une odeur affreuse. Des cadavres, des carcasses de vache, et tout le reste", décrit-il. 

"Je ne veux d'aucune gloire"

À lire aussi

Champ de bataille sur lequel il a vu beaucoup d’amis mourir : "Il y en un qui avait reçu une balle entre les 2 yeux. Et un vieux Français était là avec des sabots de bois, donc je lui ai donné une paire de bottes, qui étaient dans le paquetage d’un des gars. Alors je lui ai dit de les essayer. S’il pouvait les enfiler, elles étaient à lui. Il a réussi, il avait une paire de bottes, et était très content". 

Pendant toutes ces années, Walter Hurd a gardé sa plaque d’identité militaire. Et pourtant dans sa petite ville en Pennsylvanie, où il est rentré après la guerre, pas grand monde ne savait - jusqu’à récemment - qu’il était l’un des héros du 6 juin 1944. "Je ne veux d’aucune gloire, rien de tout ça. Il y avait plein de gars là-bas qui ont été tués ce jour-là. Mais ces autres gars n’ont eu aucune reconnaissance", dit-il.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/