1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Crash de l'A320 de Germanwings : très forte émotion à Haltern, ville d'origine des lycéens décédés
1 min de lecture

Crash de l'A320 de Germanwings : très forte émotion à Haltern, ville d'origine des lycéens décédés

Les seize jeunes Allemands d'une quinzaine d'années revenaient d'un voyage de classe dans la région de Barcelone.

Crash de l'A320 de Germanwings : très forte émotion à Haltern, ville d'origine des lycéens décédés
Crash de l'A320 de Germanwings : très forte émotion à Haltern, ville d'origine des lycéens décédés
Crédit : SASCHA SCHUERMANN / AFP
Crash de l'A320 de Germanwings : très forte émotion à Halten, ville d'origine des lycéens décédés
00:01:08
Paul Guyonnet
Paul Guyonnet

En Allemagne, les drapeaux sont en berne dans tout le pays. Le terrible crash de l'avion de la Germanwings a coûté la vie à 150 personnes dont 67 Allemands, et la nation peine encore à réaliser, accablée par le deuil. Parmi les victimes se trouvaient seize lycéens, scolarisés en seconde et âgés d'une quinzaine d'année. 

Devant leur établissement, le Joseph-König-Gymnasium situé à Haltern Am See, l'émotion est immense depuis le 24 mars et le moment où la nouvelle de leur décès est parvenue. Depuis, des groupes d'élèves accompagnés de leurs professeurs se succèdent devant le tapis de bougies, qui brûlent en hommage aux victimes. Les joues couvertes de larmes, des jeunes filles se prennent dans les bras, tentent de se réconforter. 

On nous dit qu'il faut aller de l'avant, mais ce n'est pas évident

Un lycéen

Un lycéen se confie, lui, à Samuel Goldschmidt, envoyé spécial de RTL, "Ça touche, ça nous remue tous", explique-t-il, la voix emplie d'émotion. "On nous dit qu'il faut aller de l'avant, mais ce n'est pas évident." Un peu plus loin, un père de famille avoue se faire énormément de soucis pour sa fille

"Tous les enfants sont très tristes", raconte l'homme. "Les professeurs ne voulaient pas faire classe, simplement que tout le monde puisse partager sa tristesse, parler, échanger." Sa fille ne voulait pas aller en cours, épuisée par une nuit passée à pleurer. "Je lui ai dit que ses copains avaient besoin d'elle, qu'il fallait continuer à vivre." 

De jeunes élèves se recueillaient dès le 24 mars au soir
De jeunes élèves se recueillaient dès le 24 mars au soir
Crédit : SASCHA SCHUERMANN / AFP
La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.