1 min de lecture Confinement

Coronavirus : pourquoi un déconfinement tardif serait la meilleure solution

ÉCLAIRAGE - Le retardement du déconfinement va permettre de soulager le système de santé, toujours extrêmement sollicité.

>
Quels sont les avantages d'un déconfinement tardif ? Crédit Image : AHMAD AL-RUBAYE / AFP | Crédit Média : Sophie Joussellin | Durée : | Date :
Sophie Jousselin
Sophie Joussellin
édité par Léa Stassinet

Combien de temps va-t-on devoir cohabiter avec le coronavirus en France ? Cette question n'a pour le moment pas de réponse. Mais les hypothèses d'un déconfinement encore lointain et progressif se dessinent. Des chercheurs de l'Inserm testent actuellement différents scénarios de déconfinement sur l'Île-de-France, la zone la plus touchée par le Covid-19.

Ce qui est sur, c'est que l'on ne verra pas le bout du tunnel avant au minimum la mi-mai voire juin. Car plus on retarde le déconfinement, plus cela permet de soulager le système de santé encore extrêmement sollicité, même si il y a une très légère tendance au ralentissement de l'épidémie. Mais ce sont encore des centaines de nouveaux cas qui se déclarent chaque jour. 

Un déconfinement tardif permettrait également au gouvernement d'augmenter ses capacités de tests et d'affiner sa stratégie. Selon cette étude, on ne peut pas parler de déconfinement tant que l'on n'est pas capable de tester les gens et de les isoler s'ils sont positifs.

Le risque d'une 2e vague pas totalement écarté

Le déconfinement sera lent et partiel car une levée brutale sans stratégie provoquerait immédiatement une 2e vague épidémique qui submergerait le système de santé. Ce déconfinement partiel prévoirait le maintien de la fermeture des écoles et l'isolement des personnes âgées, mais l'activité reprendrait peu à peu. On maintiendrait un niveau de télétravail à 50%, et les activités non essentielles aujourd'hui arrêtées pourraient reprendre elles aussi à 50%.

À lire aussi
Jean-Roch dans "Le Grand Journal" le 19 mai 2012 à Cannes. coronavirus
Réouverture des discothèques : "Le risque est partout," se défend Jean Roch

Mais ce déconfinement partiel ne ferait malgré tout pas disparaître totalement le risque d'une seconde vague mais la retarderait, avec un impact moins fort sur notre système de santé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Confinement Coronavirus Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants