1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Coronavirus : la patrouille de France s'entraîne pour garder le niveau
2 min de lecture

Coronavirus : la patrouille de France s'entraîne pour garder le niveau

REPORTAGE - Près de cinquante évènements ont été annulés en 2020 à cause de la crise sanitaire. La patrouille de France s'est exilée pour continuer à s'entraîner.

Deux Alpha Jets de la Patrouille de France lors d'une démonstration en Hongrie en 2007
Deux Alpha Jets de la Patrouille de France lors d'une démonstration en Hongrie en 2007
Crédit : ATTILA KISBENEDEK / AFP
Coronavirus : la patrouille de France s'entraîne pour garder le niveau
03:31
Samuel Goldschmidt - édité par Louis Chahuneau

Il n'y a pas que les artistes qui sont au chômage technique depuis un an. Les pilotes de la patrouille de France n'ont pas donné de meeting depuis 11 mois exactement. C'est aussi l'épidémie de Covid-19 qui bloque la patrouille. 

Sauf que la patrouille de France ne doit pas perdre ses réflexes au cas où les meetings reprennent. Du coup, elles s'est déplacée à la base de Nancy Ochey pour y mener sa routine très minutée. "On briefe dans quatre minutes. Profitez bien de ce moment, un petit rappel les téléphones sur mode silencieux, et suivez-moi". Impossible d'enregistrer ce moment. Silence total et concentration absolue pour répéter mentalement avant de se retrouver sur la piste pour se compter.

Boule, c'est le lieutenant colonel, Renaud Quirin, le directeur des équipes de présentation de l'armée de l'air. Posté au sol, en plein milieu du tarmac avec son équipement radio, il est le point central : "Le point central c'est un pilote qui aide la patrouille pour centrer ses démonstrations. Je suis toujours celui que la patrouille va viser et là on où essaye de centrer la démonstration". C'est lui et lui seul qui parle aux pilotes depuis le sol. Des messages très courts pour ne pas déconcentrer les 8 aviateurs qui déroulent leur chorégraphie. 

50 présentations annulées en 2020

C'est aussi un effet de la Covid-19 : avec l'annulation de la saison dernière ce sont 50 démonstrations qui n'ont pas eu lieu, ce sont 50 lieux qui n'ont pas été visités, et à force de voler autour de Salon-de-Provence, on acquiert des automatismes incroyables mais qu'il faut casser. C'est ce qu'explique le capitaine Romain Leseigneur, le second solo : "ça devient presque un reflexe, on en vient à prendre le point de la maison, le petit bosquet. À force de s'entraîner 8 à 10 fois par semaine, sur une saison standard, l'œil s'acclimate très vite à l'endroit où l'on est. Et là le fait de venir sur une base où tout change, on est obligé de travailler le geste et de se caler sur les cas qu'on a préparés, sur la préparation au sol qu'on a faite pour calquer notre démonstration sur n'importe quel site".

À lire aussi

Même si les pilotes n'ont pas volé en public en 2020, leur art est fragile et ils ont dû trouver un moyen de maintenir une cadence minimum d'entraînement : "Ça se perd assez vite l'expertise et le niveau, donc si on veut présenter quelque chose de joli, on a besoin de s'entraîner tout l'hiver. On a diminué un tout petit peu la cadence des vols d'entraînement, mais sinon on s'entraîne normalement. Car en deçà d'un certain nombre de vols par semaine, le niveau va baisser rapidement. On est entre 6 et 8 vols par semaine cette année". Eux aussi attendent le retour à une vie normale. Pour eux, c'est six mois en avion à travers toute la France pour présenter leur travail. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/